Années de guerre - 1916


Le front d'Europe de l'Ouest

Les offensives de rupture ayant échoué, les Allemands changent de stratégie pour une guerre d'usure. Il faut obliger les armées françaises à défendre un point stratégique qui leur coûteraient un maximum de soldats.

Le choix allemand se porte sur Verdun, saillant exposé sur 3 côtés ce qui en facilite l'attaque. De plus, le secteur de Verdun est calme depuis le début de la guerre. La surprise peut donc jouer pour les Allemands. Entre janvier et février, 10 divisions allemandes sont amenées près de Verdun. L'offensive allemande débute le 21 février par une violente préparation d'artillerie sur un front de 12 km. À cette occasion, 1 million d'obus sont tirés sur les positions françaises.

La défense française parvient à freiner l'avance des divisions allemandes. Grâce à la voie sacrée , renforts et ravitaillements permettent aux soldats français de tenir les positions de Verdun.

Une seconde offensive allemande est lancée le 9 mars sur la rive gauche de la Meuse. Au mois de juin, l'offensive est définitivement enrayée. À partir du 24 octobre, une offensive britannique dans la Somme permet une offensive française sur Verdun.

Plus qu'une victoire française, Verdun est surtout une défaite allemande. Les 143 000 morts allemands démontrent l'échec de la stratégie d'usure. La bataille de Verdun terminée, le général Joffre reprend son idée d'une bataille sur la Somme. Les armées britanniques doivent prendre l'initiative avec ses nouvelles troupes arrivées en France.

L'attaque est lancée le 1er juillet 1916. Les divisions françaises avancent de 10 à 20 km en deux semaines. Mais l'avance doit ralentir, car les armées britanniques n'arrivent pas à progresser. Ce 1er juillet 1916 est le jour le plus sanglant de toute l'histoire militaire britannique. Le général britannique Haig s'entête jusqu'au 18 novembre avant de renoncer. Plus de 420 000 soldats britanniques sont mis hors de combat. La première apparition des chars Mark I permet un gain d'à peine 3 km.

La bataille de la Somme est un Verdun inversé ! Les Allemands en sortent galvanisés.

Le front d'Europe de l'Est

Dès la fin de l'hiver, les offensives russes dans le nord contre les Allemands sont un échec total.

Dans le sud, les armées austro-hongroises prennent l'initiative en Italie. Une partie des troupes austro-hongroises stationnées en Galicie est transférée dans le sud. C'est en comprenant que le front de Galicie se déforce que le général russe Broussilov décide de l'attaquer. L'offensive débute le 4 juin 1916. L'avance russe est rapide car l'effet de surprise fut total.

C'est l'une des plus grandes victoires tactiques de la Grande Guerre.

Les Allemands envoient néanmoins des renforts pour arrêter l'avance russe qui est stoppée dès le mois de septembre. Le moral des soldats russes commence à flancher devant ces pertes colossales. Plus de 1 million de soldats russes sont mis hors de combat durant cette offensive.

L'une des conséquences stratégiques de cette offensive est l'entrée en guerre de la Roumanie.

Le front d'Europe du Sud

Devant l'éclatante victoire russe du début de l'offensive Broussilov, le Royaume de Roumanie décide de rejoindre les Alliés. Le Royaume de Roumanie déclare la guerre aux empires centraux le 27 août 1916. Mais il est déjà trop tard. L'offensive Broussilov s'épuise et les pertes affaiblissent considérablement l'armée russe.

Après quelques succès roumains initiaux, les empires centraux reprennent l'initiative. Le 27 septembre, une armée germano-autrichienne attaque par l'ouest. Le 19 octobre, une armée germano-bulgare prend l'armée roumaine en tenaille par le sud.

L'armée roumaine perd 310 000 soldats en deux mois. Les Allemands occupent la Roumanie, font main basse sur les ressources pétrolières du pays ainsi que sur ces céréales. L'armée d'Orient qui tente de porter secours aux Roumains est vaincue par l'armée bulgare. Les Russes, déjà épuisés par l'offensive Broussilov, doivent tenir 400 km de front supplémentaire autrefois protégé par la neutralité roumaine.

En résumé, l'entrée en guerre du Royaume de Roumanie a affaibli les alliés et renforcé les empires centraux.

Le front du Moyen-Orient

Après de durs combats, les troupes indiennes retranchées à Kut doivent se rendre le 29 avril 1916 avec 13 500 soldats indiens.

En août 1916, le général britannique Murray attaque les armées turques à Romani. Sa victoire lui permet d'avancer à travers le désert du Sinaï. Il échoue devant Gaza et est remplacé par le général Allenby.

Le front d'Afrique

Le commandant allemand, le général Lettow-Vorbeck, continue ses actions de guérilla contre les troupes britanniques et sud-africaines.

 

>> 1917



Haut de page