La Grande Guerre

France
(3e République)
1870 - 1940


Informations

  • Chef d'État : Raymond Poincaré
  • Statut : République parlementaire
  • Capitale : Paris
  • Langue : Français
  • Monnaie : Franc
  • Religion : Catholique
  • Devise : Liberté, Égalité, Fraternité
  • Hymne national : La Marseillaise
  • Drapeau : il est constitué des trois couleurs nationales disposées en trois bandes verticales d'égale largeur. Le bleu et le rouge sont les couleurs de la ville de Paris et le blanc est celle du roi.

                                           

Géographie

  • Superficie en 1914 : 543 940 km² + 10 367 493 km² colonies
  • Superficie en 1919 : 551 695 km² + ...
  • Population en 1914 : 41 620 000 habitants + 55 550 000 coloniaux/indigènes
  • Population en 1919 : 38 600 000 habitants + 55 556 000 coloniaux/indigènes

           

17 Colonies en 1914

  • 01 - Bénin (1893-1958)
  • 02 - Comores (1886-1975)
  • 03 - Congo (1879-1958)
  • 04 - Côte d'Ivoire (1893-1958)
  • 05 - Dahomey (1894-1958)
  • 06 - Gabon (1838-1960)
  • 07 - Guadeloupe (1635-1946)
  • 08 - Guinée française (1893-1958)
  • 09 - Haute-Volta (1898-1960)
  • 10 - Ile de la Réunion (1815-1958)
  • 11 - Madagascar (1896-1960)
  • 12 - Martinique (1635-1946)
  • 13 - Mauritanie (1900-1960)
  • 14 - Nouvelle-Calédonie (1853-1958)
  • 15 - Oubangi-Chari (1889-1960)
  • 16 - Sénégal (1817-1960)
  • 17 - Tchad (1900-1960)


2 Protectorats en 1914

  • 01 - Maroc (1912-1956)
  • 02 - Tunisie (1881-1956)


Informations

  • La IIIe République est le régime républicain en vigueur en France de septembre 1870 à juillet 1940, soit presque soixante-dix ans. Premier Régime politique français à s'imposer dans la durée depuis 1789, il est à ce jour le régime politique ayant survécu le plus longtemps en France depuis cette date. Cett période est marquée par une forte identité démocratique que les grandes lois sur l'instruction, la laïcité, les droits de grève, d'association et de réunion illustrent. C'est aussi une époque où la vie des Français est passionnément politique. Ainsi a lieu une série de réformes sociales auxquelles la société aspirait, notamment par l'adoption d'une législation plus favorable pour les salariés.

Politique

  • La France entretient des relations très compliquées avec l'Allemagne depuis la défaite de 1871 et la rivalité qui oppose les deux pays à la colonisation du Maroc. Depuis 1871, la France ne veut ni faire la guerre ni tourner la page de la défaite et de la perte de ses territoires au profit de l'Allemagne. Ayant à choisir entre deux politiques, se battre ou renouer des relations normales avec l'Allemagne, la France adopte une sorte de voie moyenne, faite de réticences et de d'espoirs. Cela provoque une politique extérieure en apparence discontinue, selon que le gouvernement privilégie l'option "pas de guerre" ou l'option "pas de renoncement". Les Allemands sont conscients de ces contradictions. Le désir de revanche est bien réel mais totalement platonique. Conscient de l’hostilité française depuis l’annexion de l’Alsace-Lorraine, Bismarck cherche à isoler sur le plan diplomatique la France pour l’empêcher de nouer une alliance contre le Reich. Pour cela il renforce et entretient la traditionnelle coopération entre les trois monarchies conservatrices de l'Europe de l'Est, Autriche, Prusse et Russie. Mais cet équilibre ne va pas être durable. Tout d'abord, l'intensification de la rivalité entre l'Autriche et la Russie va amener l'Allemagne à choisir une alliance prioritaire avec l'Autriche. l'Empire russe de son côté scelle une alliance avec la France dès 1891. Afin de ne pas se retrouver seul face à l'Allemagne, la France décide de se rapprocher de la Russie et fini par signer une convention militaire entre la France et la Russie le 17 août 1892, puis une alliance franco-russe, le 27 décembre 1893. Quelques années plus tard, le 08 avril 1904, la France et le Royaume-Uni signent l'Entente cordiale, traité de portée surtout symbolique qui marque un rapprochement diplomatique entre les deux pays. Par ailleurs la politique de prestige du nouvel empereur Guillaume II et sa volonté de développer l'empire colonial inquiète le Royaume-Uni face aux progrès économiques, industriels et commerciaux de l’Empire allemand et surtout par la montée en puissance de la marine de guerre impériale. Les contentieux coloniaux franco-britanniques étant réglés depuis le règlement de la crise de Fachoda en 1898, le Royaume-Uni accepte de se joindre à l'Alliance franco-russe, en 1907. Ainsi naît la Triple-Entente.

Économie

  • L’ordre de mobilisation du 02 août 1914 parvient au moment des moissons à une époque où plus de la moitié des Français habitent à la campagne et 38 % vivent de la terre. La réquisition de chevaux perturbe d’autant plus le travail agricole. Les navires des pêcheurs en pleine mer le jour de la mobilisation sont désarmés à leur arrivée au port en août 1914. Le pays se vide de ses hommes valides : 3,6 millions sont rappelés le 02 août 1914, conscrits entre 20 et 33 ans, réservistes jusqu’à 48 ans et 3 millions supplémentaires du 16 août 1914 au 31 décembre 1915. Le pourcentage moyen des mobilisés est de 24 % dans l’industrie l’artisanat, les commerces, les transports et serait de 40 % des paysans. Le départ de la main d’œuvre qualifiée entraîne la fermeture d'un grand nombre d'usines. La France compte 1,9 million de chômeurs en octobre 1914. Les enfants sont mis à contribution pour les travaux agricoles ou pour pallier l’absence des hommes adultes dans les exploitations artisanales et les commerces et ne retournent pas à l’école à la rentrée. Certaines classes sont fermées. La moitié des instituteurs (30 000) sont au front. Ce départ est en partie comblé par le rappel d’enseignants à la retraite et d'élèves en formation des écoles normales. Les femmes reprennent la direction des exploitations et leur travail permit de rentrer la moisson de 1914 particulièrement abondante et d’éviter une crise du ravitaillement au début de la guerre.
  • Après l’arrêt au cours de la période suivant la mobilisation, l’activité industrielle repart à la fin de 1914. Les chômeurs sont réembauchés et des ouvriers mobilisés sont rappelés à l’arrière. 500 000 reviennent dans l’industrie, principalement dans l'industrie des métaux (plus de 60 %) en gardant le statut de mobilisé. L'armée conserve les plus jeunes. Les conditions sont fixées par une circulaire du 17 août 1915 du ministre des munitions Albert Thomas. L'affecté spécial est payé comme un ouvrier civil mais il est soumis à la discipline militaire, ne peut s'absenter de la ville d'emploi sans autorisation, ni faire grève. Les grèves sont rares au cours des 2 premières années de guerre, plus importantes à partir de décembre 1916, en 1917 et 1918, avec une forte participation de jeunes et de femmes qui ne risquent pas d'être renvoyés au front. Les grèves des midinettes (couturières et ouvrières de la confection) de décembre 1916 et celles des munitionnettes de la région parisienne en mai-juin 1917 (133 000 grévistes dont 80 % de femmes) étaient motivées par la hausse du coût de la vie et les difficultés de ravitaillement. Ces grèves sontgénéralement courtes car le gouvernement craignant l'interruption de productions nécessaires aux approvisionnements de l'armée intervient rapidement pour que des augmentations de salaires soient accordées.
  • La proportion de femmes dans l’industrie passe de 32 % en 1914 à 40,5 % en 1918 mais la proportion varie considérablement suivant les branches. Les femmes apparaissent dans des usines qui employaient majoritairement ou quasi exclusivement des hommes avant la guerre alors que leur nombre décroît dans l’industrie textile. Plus que l’emploi féminin dans l’industrie, la nouveauté est le passage du travail de l’étoffe à celui du métal. Des tâches pénibles autrefois réservées aux hommes leur sont confiées et beaucoup travaillent de nuit. L'effectif féminin des usines de guerre passe de 15 000 en janvier 1915 à 100 000 en janvier 1916, 300 000 en décembre 1916 et 684 000 en mai 1917.
  • L’emploi de prisonniers de guerre, de travailleurs venus des colonies (132 000 Nord-africains dont 80 000 Algériens, 50 000 Indochinois, quelques milliers de Malgaches) et de Chine est un autre palliatif au manque de main d’œuvre. Ces ouvriers sont sous surveillance et une carte de circulation leur est imposée en 1917. Beaucoup restent en France après la guerre. Une production d'armes, de munitions et de matériels militaires sans précédent fut permise par la généralisation du travail à la chaîne, la standardisation des produits en séries longues, la longueur des journées de travail et aussi l'absence de contraintes de coûts, les autorités ne discutant pas les prix.
  • Dans l’agriculture, la ponction de l’armée s’accroît jusqu’à à atteindre 63 % de la force agricole masculine en 1918. La pénurie de main d’œuvre est aggravée par le départ de nombreux ouvriers agricoles vers l’industrie. Bien que leurs salaires aient presque triplé de 1914 à 1920 ceux versés par les usines d’armement restaient très supérieurs. En 1921 le nombre de personnes employées dans l’agriculture en France était inférieur de 1,5 million à celui de 1914. 3,2 millions de femmes livrées à elles-mêmes qui remplacent les hommes sont amenées à prendre des décisions et à exécuter les travaux les plus pénibles. Ce labeur n’empêche pas une baisse de la production après la bonne récolte de 1914 à partir de 1915.

Guerre de 1870-1871

  • Au cours de la guerre de 1870, les opérations militaires aboutissent à la défaite et à la capture de l'empereur Napoléon III à Sedan, le 02 septembre 1870. La République est alors proclamée le 04 septembre par Léon Gambetta, depuis l’hôtel de ville de Paris. Le 18 janvier 1871, l'Unité allemande est réalisée, les souverains allemands réunis au château de Versailles proclament le roi Guillaume de Prusse empereur d'Allemagne. À partir du 23 janvier, Paris souffrant des bombardements et menacé de famine, Jules Favre, ministre des Affaires étrangères, resté dans la capitale avec la majorité du gouvernement, engage des négociations avec les Allemands. Un armistice est signé et prend effet le 28 janvier, après 132 jours de siège. Il a une durée de trois semaines, au cours desquelles des élections doivent avoir lieu, Bismarck voulant traiter avec un pouvoir à la légitimité incontestable. Gambetta fait voter deux décrets : le premier qui frappe de proscription politique tout le personnel de l'empire, ceux qui ont effectué une charge au sein de l'empire ; et un deuxième qui, pour remplir le vide de ce premier décret, indique que les préfets nouvellement élus pourront être éligibles dans leur département. Mais ces deux décrets sont annulés et Gambetta démissionne.

Guerre de 1914-1918

  • La guerre amène la mobilisation de la population civile au service des combattants à un degré jamais atteint. Pour les soldats du front, l’arrière ne se limite pas aux civils mais comprend également tous les militaires des services auxiliaires qui ne sont pas sous le feu de l’ennemi et les ouvriers mobilisés renvoyés en affectation spéciale dans les usines, considérés comme des privilégiés, des « embusqués ».

Taux de natalité

  • La guerre entraine un déficit d'environ 800 000 mariages qui seront en partie différés et de 1 400 000 naissances. La crainte de dépopulation présente avant la guerre préoccupe le gouvernement qui s'efforce de concilier travail et maternité. Pour permettre le mariage de soldats sur le front, une formule de mariage par procuration est instituée par une loi du 4 avril 1915. Le consentement adressé à un fondé de pouvoir n'est donc plus simultané, les époux n'étant plus présents lors de l'acte civil. Les institutions religieuses se calquent sur cette nouvelle formule pour la célébration du sacrement du mariage. Ces mariages par procuration sont soumis à autorisation du Ministre de la guerre. 6 240 unions par procuration seront conclues entre avril 1915 et avril 1921. La guerre affaibli la France qui est un pays vieilli. Sa population totale baisse de 41 620 000 habitants en 1913 à 38 600 000 en 1919. 10,5 % de la population active masculine disparait. De plus, beaucoup d'invalides ne sont plus en état de travailler ou sont diminués. Les femmes assurent des fonctions où elles étaient absentes avant la guerre, dans les bureaux, aux guichets, comme enseignantes de classes de garçons, dans l'industrie métallurgique.

Informations

  • Chef d'État : Raymond Poincaré du 18/02/1913 au 18/02/1920
  • Président du conseil des ministres : René Viviani du 13/06/1914 au 29/10/1915
  • Président du conseil des ministres : Aristide Briand du 29/10/1915 au 17/03/1917
  • Président du conseil des ministres : Alexandre Ribot du 17/03/1917 au 12/09/1917
  • Président du conseil des ministres : Paul Painlevé du 12/09/1917 au 13/11/1917
  • Président du conseil des ministres : Georges Clémenceau du 13/11/1917 au 18/01/1920

Autres civils

Système politique

Sous la présidence de Raymond Poincaré, de 1913 à 1920, la France connait pas moins de 12 gouvernements.

  • Gouvernement Aristide Briand (4) du 18 février 1913 au 18 mars 1913
  • Gouvernement Louis Barthou du 22 mars 1913 au 2 décembre 1913
    Sous ce gouvernement est voté la loi des 3 ans qui voit la durée du service militaire passé de deux à trois ans. Cette loi est sortie en vue de préparer l'armée française à une guerre éventuelle avec l'Allemagne. Depuis la crise de Tanger en 1905 et celle d'Agadir en 1911, le conflit apparait, aux yeux d'une partie de l'opinion, de plus en plus inévitable, tandis que la droite nationaliste et une partie de la gauche républicaine revendique la revanche contre le vainqueur de 1870.
  • Gouvernement Gaston Doumergue (1) du 09 décembre 1913 au 02 juin 1914
  • Gouvernement Alexandre Ribot (4) du 09 juin 1914 au 12 juin 1914
    Le gouvernement Ribot IV est l’un des plus courts de la IIIe République. Le gouvernement est renversé par la gauche le jour même de sa présentation.
  • Gouvernement René Viviani (1) du 13 juin 1914 au 26 août 1914
    Ce gouvernement est rapidement amené à gérer la crise de juillet qui fait suite à l'attentat de Sarajevo le 28 juin 1914, avant de recevoir la déclaration de guerre de l'Allemagne qui fait entrer la France dans la Grande Guerre. Cet évènement nécessite le jour même un remaniement ministériel qui décharge notamment le Président du conseil de ses fonctions de Ministre des Affaires étrangères au profit de Gaston Doumergue.
  • Gouvernement René Viviani (2) du 26 août 1914 au 29 octobre 1915
    Suite à la démission du premier gouvernement Viviani, les socialistes entrent au gouvernement et l'Union sacrée se concrétise. Le ministre de la guerre Alexandre Millerand et les responsables des industries concernées décident le 20 septembre 1914 de porter à 100 000 par jour la fabrication d'obus pour le canon de 75. La France, ainsi que le Royaume-Uni, déclarent la guerre à la Turquie. Le gouvernement convoque une conférence à Calais avec les état-major Français et Britanniques afin de coordonner les opérations alliées. L'évacuation des Dardanelles y est finalement décidée. Le ministre des Affaires étrangères Delcassé démissionne suite de son échec lors des négociations avec la Bulgarie, afin d'empêcher ce pays de se joindre aux Empires centraux. Le président du Conseil René Viviani assure l’intérim. Le 17 octobre 1915, la France déclare la guerre à la Bulgarie.
  • Gouvernement Aristide Briand (5) du 29 octobre 1915 au 12 décembre 1916
    Aristide Briand accepte la procédure des comités secrets. Le comité secret s’arrête le 07 décembre 1916, avec un vote de confiance pour Briand. Briand retire ses fonctions au général Joseph Joffre, qui est l'un des conseillers techniques du gouvernement. Briand démissionne le 12 décembre 1916, mais est appelé par le président Poincaré pour former un nouveau gouvernement.
  • Gouvernement Aristide Briand (6) du 12 décembre 1916 au 17 mars 1917
    En pleine guerre, un incident se produit entre le général Lyautey et la chambre des députés, à propos d’un débat sur l’aviation militaire. Aristide Briand démissionne le 14 Mars 1917. Le président Raymond Poincaré choisit alors Paul Deschanel, président de la Chambre des députés pour devenir président du Conseil, mais finalement il se décide pour Alexandre Ribot.
  • Gouvernement Alexandre Ribot (5) du 20 mars 1917 au 7 septembre 1917
    La démission de Louis Malvy, l’inamovible ministre de l’Intérieur, entraîne la chute du gouvernement le 07 Septembre 1917. Paul Painlevé, le ministre de la Guerre, est appelé à la tête du gouvernement.
  • Gouvernement Paul Painlevé (1) du 12 septembre 1917 au 13 novembre 1917
    Malgré un fort soutien de la Chambre des députés au départ, le gouvernement n’arrive pas à imposer son autorité. Paul Painlevé qui demande, le 13 novembre 1917, l’ajournement des interpellations sur les affaires judiciaires en cours, a été mis en minorité. Il démissionne le même jour. Le président Poincaré appele alors Georges Clemenceau à former un nouveau gouvernement.
  • Gouvernement Georges Clemenceau (2) du 16 novembre 1917 au 18 janvier 1920
    Ce deuxième gouvernement Clemenceau dure un peu plus de deux ans, une longévité notable pour un gouvernement de la IIIe République. Il est alors entouré du général Henri Mordacq qui dirige son cabinet militaire, et de Georges Mandel qui dirige le cabinet civil. La fin de la guerre voit la mise en place de certaines lois sociales, notamment la loi des 8 heures qui est votée le 23 avril 1919. Elle sera relativement bien appliquée et permet aux salariés de bénéficier de la « semaine anglaise » appelé par la suite le week-end.
  • Gouvernement Alexandre Millerand (1) du 20 janvier 1920 au 18 février 1920
    Il démissionnera le même jour que la fin du mandat présidentiel de Raymond Poincaré, le 18 Février 1920. Il est alors chargé le jour-même de former un nouveau gouvernement.

Informations

  • Chef des armées : Joseph Joffre du 03 décembre 1914 au 17 décembre 1916
  • Chef des armées : Robert Nivelle du 17 décembre 1916 au 15 mai 1917
  • Chef des armées : Philippe Pétain du 15 mai 1917 au 28 mars 1918
  • Chef des armées : Ferdinand Foch du 28 mars 1918 au 10 janvier 1920
  • Service militaire obligatoire : 1872
  • Mobilisation générale : 02 août 1914
  • Entrée en guerre : 03 août 1914
  • Capitulation : -

Autres militaires

Tenues & décorations

Armement & équipement

Forces armées de 1914 à 1918

Forces armées en 1914

  • Troupes engagées : 3 781 000 soldats dont 378 généraux
  • Infanterie : ... divisions, 26 bataillons de génie, 60 bataillons d'indigènes coloniaux, 35 bataillons de Sénégalais, 16 bataillons d'Indochinois, 9 bataillons Malgaches, 1 escadrion de Spahis sénégalais, 3 400 légionnaires
  • Cavalerie : 57 456 cavaliers
  • Artillerie : 4 780 canons de campagne tir tendu cal.75, 120 canons de montagnes cal. 65, 204 canons lourds tir tendu cal. 120, 104 canons de camapagnes tir courve (obusiers) cal. 155,
    0 mortier de tranchées, 1 canon antiaérien
  • Marine : 18 cuirassés, 4 dreadnoughts, 6 pré-dreadnoughts, 19 croiseurs cuirassés, 10 croiseurs protégés, 92 contre-torpilleurs, 144 torpilleurs, 67 sous-marins et 156 000 marins
  • Aviation : 216 appareils, 7 dirigeables, 7 ballons
  • Matériel : ...
  • Animaux : 1 500 000 chevaux

Forces armées en 1918

  • Troupes engagées : ... soldats
  • Infanterie : 100 divisions dont 13 divisions coloniales
  • Cavalerie : 66 881 cavaliers
  • Artillerie : 5 484 canons de 75 de campagne, 96 canons de 65 de montagnes, 5 000 canons lourds, 740 canon lours grande puissance, 404 canon antiaérien
  • Marine : ...
  • Aviation : 3 608 appareils de tous types
  • Matériel : 18 000 mitrailleuses + 88 000 véhicules de transport
  • Animaux : ...

Afrique

  • C’est Jules Ferry qui relance l’expansion coloniale par deux entreprises audacieuses : il impose le protectorat de la France sur la Tunisie à la barbe de l’Italie (1881) et sur l’Annam, le Tonkin et certains territoires de la Chine continentale, lors de la guerre franco-chinoise (1881-1885). Il bénéficie de la bienveillance de Bismarck, qui y voit un dérivatif au ressentiment contre l'Allemagne. La politique coloniale des républicains opportunistes a plusieurs motifs : économique car la conquête a pour but de prolonger les débouchés économiques, patriotique car en faisant de la France une puissance coloniale, c'est lui redonner sa grandeur. Enfin et surtout, pour ces hommes convaincus du rôle civilisateur de la France auprès des populations indigènes, la France républicaine est porteuse d'un messianisme humanitaire : « L’œuvre civilisatrice qui consiste à relever l’indigène, à lui tendre la main, à le civiliser, c’est l’œuvre quotidienne d’une grande nation ».
  • À partir de ses bases en Algérie, au Sénégal et sur la côte congolaise, la France se taille le domaine colonial le plus important en Afrique : Afrique-Équatoriale française, Afrique-Occidentale française, Madagascar. L'expansion coloniale en Afrique met la France en concurrence avec le Royaume-Uni, ce qui l'amène à abandonner sa forte position en Égypte et renoncer à toute la vallée du Nil. Cela rend difficile pour un temps les relations diplomatiques entre les deux pays.

Asie

  • ...

Océanie

  • ...

Situation géographique

Dates

17Août

Empire russe

Un accord militaire est conclu entre la France et la Russie, les sortant de leur isolement diplomatique face à la Triplice.

1892

27Décembre

Empire russe

L'accord de 1892 est complété par la signature d’une alliance franco-russe, le 27 décembre 1893. Ce rapprochement entre la République française et l’Empire russe ne va pas de soi, mais l’urgence pour la France de briser l’isolement dans lequel elle est maintenue depuis la guerre franco-prussienne et de pouvoir faire face à la Triplice est plus importante que la cohérence idéologique.

1893

08Avril

Empire britannique

Cette date officialise l'Entente cordiale entre le Royaume-Uni et la République française. Il ne s'agit pas d'une alliance mais d'un simple accord destiné à aplanir les différends coloniaux entre les deux ennemis héréditaires. C'est déjà énorme si l'on songe que les deux pays avaient été sur le point de se combattre six ans plus tôt à propos de Fachoda, une misérable bourgade du Soudan.

1904

31Août

Empire russe & Royaume-Uni

Cette date marque la naissance de la Triple-Entente qui est un traité conclu entre la France, la Royaume-Uniet l'Empire russe. Ce traité résulte de plusieurs accords antérieurs. Il est également la conséquence de l’accroissement des tensions internationales perceptibles lors des crises entre la France et l’Allemagne dans la question marocaine et lors des guerres balkaniques de 1912-1913.

1907

Dates

11Août

Empire austro-hongrois

La France déclare la guerre à l'Empire austro-hongrois.

1914

05Novembre

Empire ottoman

La France déclare la guerre à l'Empire ottoman.

1914

16Octobre

Royaume de Bulgarie

La France déclare la guerre au royaume de Bulgarie.

1915

Batailles de 1914 à 1918

  • Date07 août 1914
  • LieuBataille de Mulhouse
  • Troupes engagées45 000 VS 30 000
  • Belligérants VS
Détails de la bataille
  • Date07 août 1914
  • LieuBataille des frontières
  • Troupes engagées1 233 000 VS 1 690 000
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date19 août 1914
  • LieuBataille de Morhange
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date19 août 1914
  • LieuBataille de Dornach
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date20 août 1914
  • LieuBataille de Donon
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date21 août 1914
  • LieuBataille de Charleroi
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date21 août 1914
  • LieuBataille des Ardennes
  • Troupes engagées361 000 VS 380 000
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date22 août 1914
  • LieuBataille de Rossignol
  • Troupes engagées16 000 VS 32 000
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date24 août 1914
  • LieuBataille de la trouée de Charmes
  • Troupes engagées150 000 VS 150 000
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date25 août 1914
  • LieuBataille de la Chipotte
  • Troupes engagées70 000 VS 100 000
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date26 août 1914
  • LieuBataille du Cateau
  • Troupes engagées40 000 VS 55 000
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date28 août 1914
  • LieuSiège de Maubeuge
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date29 août 1914
  • LieuBataille de Guise
  • Troupes engagées260 000 VS 230 000
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date02 septembre 1914
  • LieuBataille de Senlis
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date04 septembre 1914
  • LieuBataille du Grand Couronné
  • Troupes engagées225 000 VS 350 000
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date05 septembre 1914
  • LieuBataille de la Marne (1)
  • Troupes engagées1 082 000 VS 900 000
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date05 septembre 1914
  • LieuBataille de l'Ourcq
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date05 septembre 1914
  • LieuBataille des marais de Saint-Gond
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date05 septembre 1914
  • LieuBataille des deux Morins
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date06 septembre 1914
  • LieuBataille de Vitry
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date12 septembre 1914
  • LieuCourse à la mer
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date13 septembre 1914
  • LieuBataille de l'Aisne (1)
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date19 septembre 1914
  • LieuBataille de Flirey
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date22 septembre 1914
  • LieuBataille de Papeete
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date25 septembre 1914
  • LieuBataille d'Albert (1)
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date01 octobre 1914
  • LieuBataille d'Arras (1)
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date12 octobre 1914
  • LieuBataille de Messines (1)
  • Troupes engagées VS /span>
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date29 octobre 1914
  • LieuBataille de l'Yser
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date29 octobre 1914
  • LieuBataille d'Ypres (1)
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date14 décembre 1914
  • LieuBataille de Champagne (1)
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date19 janvier 1915
  • LieuBataille du Hartmannswillerkopf
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date26 janvier 1915
  • LieuBataille du Sinaï
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date15 février 1915
  • LieuBataille de Vauquois
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date17 février 1915
  • LieuBataille des Éparges
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date22 avril 1915
  • LieuBataille d'Ypres (2)
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date25 avril 1915
  • LieuBataille des Dardanelles
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date05 mai 1915
  • LieuBataille de Krithia
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date09 mai 1915
  • LieuBataille de l'Artois (1)
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date20 juillet 1915
  • LieuBataille du Linge
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date15 septembre 1915
  • LieuBataille de l'Artois (2)
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date25 septembre 1915
  • LieuBataille de Champagne (2)
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date21 février 1916
  • LieuBataille de Verdun (1)
  • Troupes engagées1 140 000 VS 1 250 000
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date01 juillet 1916
  • LieuBataille de la Somme(1)
  • Troupes engagées5 400 000 VS 4 400 000
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date09 août 1916
  • LieuBataille de Doiran
  • Troupes engagées1 100 VS 8 000
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date15 septembre 1916
  • LieuBataille de Monastir (1)
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date25 septembre 1916
  • LieuBataille de Morval
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date12 mars 1917
  • LieuBataille de Monastir (2)
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date16 avril 1917
  • LieuBataille du Chemin des Dames
  • Troupes engagées850 000 VS 682 650
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date17 avril 1917
  • LieuBataille de Champagne (3)
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date31 juillet 1917
  • LieuBataille de Passchendaele
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date06 août 1917
  • LieuBataille de Marasesti
  • Troupes engagées218 000 VS 245 000
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date20 août 1917
  • LieuBataille de Verdun (2)
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date23 octobre 1917
  • LieuBataille de la Malmaison
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date21 mars 1918
  • LieuBataille du Kaiser
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date27 mai 1918
  • LieuBataille de l'Aisne (2)
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date28 mai 1918
  • LieuBataille de la Marne (2)
  • Troupes engagées1 160 000 VS 1 300 000
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date28 mai 1918
  • LieuBataille de Cantigny
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date29 mai 1918
  • LieuBataille de Skra di Legen
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date01 juin 1918
  • LieuBataille du bois Belleau
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date10 juin 1918
  • LieuBataille du Piave
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date15 juillet 1918
  • LieuBataille de Champagne (4)
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date18 juillet 1918
  • LieuBataille de Château-Thierry
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date08 août 1918
  • LieuBataille d'Amiens
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date12 septembre 1918
  • LieuBataille de Saint-Mihiel
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date15 septembre 1918
  • LieuBataille de Dobro Polje
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date19 septembre 1918
  • LieuBataille de Megiddo
  • Troupes engagées44 000 VS 69 000
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date26 septembre 1918
  • LieuOffensive Meuse-Argonne
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date20 octobre 1918
  • LieuBataille de la Serre
  • Troupes engagées VS
  • Belligérants VS
Détails de la bataille


  • Date24 octobre 1918
  • LieuBataille de Vittorio Veneto
  • Troupes engagées650 000 VS 800 000
  • Belligérants VS
Détails de la bataille

Militaires

  • Total des soldats mobilisés entre 1914 et 1918 : 8 410 000 soldats
  • Total des morts et portés disparus entre 1914 et 1918 : 1 397 800 soldats
  • Total des blessés entre 1914 et 1918 : 4 266 000 soldats

Civils

  • Total des morts et portés disparus entre 1914 et 1918 : 572 000 civils
  • Total des veuves entre 1914 et 1918 : 630 000 civils
  • Total des orphelins entre 1914 et 1918 : 1 100 000 civils
  • Total des morts suite à l'épidémie de la grippe espagnole en 1918 : 200 000 civils