Belligérants > Royaume de Roumanie


Royaume de Roumanie

1881 - 1947


Informations générales
Chef d'État 1881-1914
Carol Ier
Chef d'État 1914-1927
Ferdinand Ier
Statut
Monarchie parlementaire
Capitale
Bucarest
Langue
Roumain
Monnaie
Leu roumain
Démographie / Superficie
Population en 1914
7 600 000 habitants
Population en 1918
8 100 000 habitants
Superficie 1912
131 153 km²
Situation géographique
Informations militaires
Service militaire obligatoire
 
Chef des Armées en 1914-16
Vasile Zottu, du 01 avril 1914 au 14 août 1916
Chef des Armées en 1916
Dumitru Iliescu, du 25 octobre 1916 au 05 décembre 1916
Chef des Armées en 1916-18
Constantin Prezan, du 05 décembre 1916 au 01 avril 1918
Mobilisation générale
 
Entrée en guerre
27 août 1916
Capitulation
26 mars 1917
Grades & insignes
Voir
Uniformes
Voir
Forces armées en 1916
Troupes engagées
750 000 soldats
Infanterie
20 divisions répartis en 172 bataillons
Cavalerie
 
Artillerie
1 300 canons
Marine
1 croiseur, 11 torpilleurs, 4 canonnières
Aviation
 
Empire colonial
 
Aucun
Informations complémentaires
Au début de la Grande Guerre, le gouvernement roumain s'oppose à Charles Ier et refuse de faire jouer l'alliance avec l'Allemagne et l'Autriche-Hongrie. Le roi Carol Ier, miné par ce manquement aux règles d'honneur, meurt quelques semaines plus tard. Son fils, Ferdinand Ier, lui succéde. Ion Brătianu, chef du gouvernement, proclame d'abord la neutralité du Royaume, avant d'entamer des négociations qui aboutissent en 1916 au ralliement à l'Entente. Pour faire pencher la décision des roumains, les Alliés leurs promettent la Transylvanie et la Bucovine et un appui militaire via l'armée d'Orient et avec l'aide des russes.

Le 27 août 1916, le royaume de Roumanie déclare donc la guerre à la seule Autriche-Hongrie, mais par le jeu des alliances, l'Allemagne et la Turquie déclarent à leur tour la guerre au royaume roumain. Une offensive contre l'Autriche-Hongrie ensuite menée dans les Carpates. Les forces roumaines entrent en Transylvanie en coordination avec l'Offensive Broussilov en Galicie et la bataille de la Somme en France. Mais l'attaque des Alliés sur le Front de Macédoine tarde, ce qui permet à la 3e armée bulgare, à deux divisions du VIe corps turc et à une brigade allemande de mener une offensive par le sud à partir de début septembre. La lourde défaite roumaine de Tutrakan menace alors directement la capitale Bucarest et oblige le général Alexandre Averescu à réaffecter au sud des troupes depuis le front de Transylvanie, de sorte que le 15 septembre l'avance roumaine y est stoppée. Une nouvelle offensive est menée par Falkenhayn qui repousse en Valachie les troupes roumaines et russes.

Le front finit par se stabiliser à Mărășești où les 400 000 Roumains et les 100 000 Russes stoppent l'avance allemande, austro-hongroise et bulgare. Le gouvernement roumain se réfugie en Moldavie où les Alliés envoyent du matériel et la mission Berthelot pour réorganiser et équiper l'armée roumaine. En 1917, la révolution russe prive la Roumanie du soutien de l'Empire russe, et la laisse dans une situation sans issue : le 9 décembre 1917, elle doit conclure un armistice séparé avec les Empires centraux, le traité de Bucarest de 1918 l'amputant d'une partie de son territoire. De plus, les allemands volent sans vergogne le pétrole, les troupeaux et les arbres roumains.

Le royaume de Roumanie reçoit, toutefois, l'aide logistique de l'Entente, et notamment de la France, par l'entremise de la mission Berthelot. Le 31 octobre 1918, ce dernier dénonce le traité et l'armée roumaine repartit en guerre contre les Empires centraux, bénéficiant finalement de la victoire des Alliés.

Alliances
1916
Déclarations de guerre
27 août 1916
10 novembre 1918
Principales batailles
02 septembre 1916
Bataille de Tutrakan
06 août 1917
Bataille de Marasesti
Bilan de la guerre
Troupes engagées
750 000 soldats
Pertes militaires
250 000 soldats
Pertes civiles
430 000 civils
Blessés militaires
120 000 soldats

 

 

Retour

Haut de page