Citations > Citations de 1914


Empereur Ferdinand-Joseph lors de la déclaration de guerre à la Serbie

29 juillet 1914

« J'ai tout examiné et tout pesé, c'est la conscience tranquille
que je m'engage sur le chemin que m'indique mon devoir. »


Général Samsonov à ses officiers après la défaite de Tannenberg et juste avant son suicide

29 juillet 1914

« LEmpereur avait confiance en moi. Comment pourrais-je encore le regarder en face ? »


Chancelier impérial Bethmann Hollweg lors de la déclaration de guerre du Royame-Uni à l'Allemagne suite à la violation du territoire belge par les troupes allemandes

04 août 1914

« Quoi, pour un chiffon de papier ! »

Empereur Guillaume II au Reichstag

04 août 1914

«  Je prends l'univers à témoin que, durant ces dernières années si lourdes de complications de toutes sortes, nous n'avons cessé de nous tenir au premier rang pour épargner aux peuples d'Europe une guerre entre les grandes puissances. Mon noble allié, l'empereur et roi François-Joseph fut forcé de recourir aux armes pour assurer la sécurité de son royaume contre les menées dangereuses d'un État voisin. L'Empire russe s'est alors mis au travers de la monarchie alliée qui poursuivait la revendication de ses intérêts les plus fondés. Ce n'est pas seulement notre devoir de puissance alliée qui nous appelle aux côtés de l'Autriche-Hongrie. À nous échoit aussi la tâche gigantesque de défendre, en même temps que l'ancienne communauté de culture des deux États, notre position dans le monde contre l'assaut des forces hostiles. Acculés à notre défense légitime, nous tirons l'épée, la conscience pure et les mains pures. »

Albert Ier, roi des Belges, s'adressant à tous ses soldats et volontaires engagés sous le drapeau

05 août 1914

« Sans la moindre provocation de notre part, un voisin, que sa puissance a rendu orgueilleux, a rompu les traités qui portent sa signature, et il viole la terre de nos ancêtres. Parce que nous avons fait preuve d'amour-propre, parce que nous avons refusé de forfaire à l'honneur, il nous attaque. Cependant, le monde entier admire notre attitude loyale ; que le respect et l'estime de tous les peuples vous réconfortent en ces moment solennels ! Quand elle a vu que son indépendance était menacée, la Nation a frémi et ses enfants se sont rués aux frontières comme une tempête. Valeureux soldats d'une cause sacrée, j'ai confiance en votre indéfectible bravoure, je vous salue au nom de la Belgique. Vos concitoyens sont fiers de vous. Vous triompherez car vous êtes la force au service du droit. César a dit de nos ancêtres : De tous les peuples de la Gaule, les Belges sont les plus braves. Gloire à vous, armée du peuple belge. Devant l'ennemi, souvenez-vous que cette armée combat pour vos foyers menacés. Souvenez-vous Flamands, de la bataille des Éperons d'or et vous, Wallons de Liège, qu'en ce moment, l'honneur des 600 Franchimontois vous échoit. Soldats, je quitte Bruxelles pour me mettre à votre tête.»

1er ministre australien, Joseph Cook, lors de la déclaration de guerre à l'Allemagne par l'Angleterre

05 août 1914

« Quand l'Empire est en guerre, l'Australie l'est aussi. »

Général Joffre, après la défaite de la bataille de Mons

23 août 1914

« Il faut s'attendre à voir les Allemands arriver sous les murs de Paris d'ici une douzaine de jours. »

Général French s'adressant au Ministre de la guerre britannique, Lord Kitchener

29 août 1914

« Je ne puis dire que j'envisage le cours ultérieur de la campagne de France avec espoir. Ma confiance dans les capacités des chefs français à mener la campagne vers une conclusion heureuse décline rapidement. »

Empereur Guillaume II répondant au représentant autrichien de Conrad von Hötzendorf à l'OHL quand à l'inefficacité des armées austro-hongroises à fournir leur part d'effort.

02 septembre 1914

« Notre petite armée de Prusse orientale a attiré 12 corps ennemis contre elle, en a détruit une moitié et s'est attaquée à l'autre ... on ne peut exiger plus. »

Gouverneur militaire de Paris, le général Gallieni organise la défense de Paris alors que le gouvernement déménage à Bordeaux et que les armées françaises retraitent

03 septembre 1914

« Les membres du gouvernement de la République ont quitté Paris pour donner une impulsion nouvelle à la défense nationale. J'ai reçu le mandat de défendre Paris contre l'envahisseur.
Ce mandat, je le remplirai jusqu'au bout. »


Général Joffre, la veille de la première offensive française contre l'avancée des troupes allemandes

05 septembre 1914

« À l'heure où s'engage une bataille d'où dépend le salut du pays, il importe de rappeler à tous
que le moment n'est plus de regarder en arrière. Une troupe qui ne pourra plus avancer devra
coûte que coûte garder le terrain conquis et se faire tuer sur place plutôt que de reculer. »


Général Alexeïev communiquant à Davidov lors de l'encerclement de la 4e armée autrichienne

05 septembre 1914

« L"effort rigoureux de l'Autriche pour briser nos dispositions au nord de Lemberg peut être considéré comme paralysé. Le moment d'annoncer notre contre-offensive est arrivé. »

Empereur Guillaume II répondant à la demande de renfort austro-hongroise sur le front Est

07 septembre 1914

« Vous ne pouvez quand même pas demander à Hindenburgh et Ludendorff plus qu'ils n'ont déjà accompli. »

Général Foch, lors de la bataille de la Marne au cours du mois de septembre

08 septembre 1914

« Mon centre cède, ma droite recule, situation excellente. J'attaque. »

Général Joffre, avant la bataille du "Chemin des Dames"

10 septembre 1914

« La victoire est maintenant dans les jambes de notre infanterie. »

Général Foch s'entrenant avec le général French, démoralisé suite à la retraite du BEF

12 octobre 1914

«L'armée britannique n'a jamais reculé de son Histoire. Vous avez l'honneur de l'Angleterre entre
vos mains, et j'ai celui de la France. Le monde entier nous regarde. Même s'il devait m'en coûter
la vie, je vous donne ma parole de soldat que je ne reculerai pas d'un pas. Je veux que vous me
donniez votre parole et c'est de votre devoir de me la donner.
»

Gavrilo Princip, assassin du prince héritier austro-hongrois, lors de son procès

12 octobre 1914

« Je ne suis pas un criminel, car j’ai supprimé un homme malfaisant. J’ai cru bien faire. »

Albert Ier, roi des Belges, s'adressant à son armée en retraite près de Westhoek

13 octobre 1914

« Soldats, envisagez l'avenir avec confiance, luttez avec courage. Que dans les positions où je vous placerai, vos regards se portent uniquement en avant et considérez comme traître à la Patrie celui qui pronocera le mot de retraite sans que l'ordre formel en soit donné. Le moment est venu, avec l'aide de nos puissants alliés, de chasser du sol de notre chère Patrie l'ennemi qui l'a envahie au mépris de ses engagements et des droits sacrés d'un peuple libre..»


Albert Ier, roi des Belges, à Furnes, devant le 7e régiment qui vient de recevoir la croix de chevalier de l'ordre de Léopold sur son drapeau.

03 novembre 1914

« Officiers, sous-officiers e soldats du 7e régiment de ligne, vous avez parfaitement rempli votre devoir. Vous avez montré une grande bravoure. Je suis fier de vous. Mais la Patrie n'est pas libérée. L'armée va devoir fournir encore de grands efforts, affronter de grands dangers. Soldats du 7e, j'ai confiance en vous, je sais que vous défendrez partout, avec force et loyauté, l'honneur de votre drapeau. »

Premier lord de l'amirauté, Winston Churchill, lors du discours au Guildhall

09 novembre 1914

« Nous avons pour devise : pendant que la carte de l'Europe continentale se modifie, les affaires de l'Angleterre suivent leur cours normal. Nous avons eu beaucoup de sollicitude et dépensé beaucoup d'argent pour notre flotte. C'est à elle maintenant de nous payer de cette dépense. En fait nous sommes dans la meilleure voie pour y parvenir. L'étranglement économique de l'Allemagne au moyen du blocus maritime demande du temps. Mais patience ! Nous n'en sommes encore qu'au troisième mois. Si nous attendons jusqu'au sixième, jusqu'au neuvième, jusqu'au douzième, alors nous connaîtrons le succès. Celui-ci ne peut mûrir que dans le silence mais il est aussi sûr que la chute des feuilles en automne. Ruiner l'Allemagne, tel est notre but. »

 

 

Retour


Haut de page