La Grande Guerre

De A à Z

Découvrez le langage des tranchées ainsi que le vocabulaire propre aux armées en guerre.

A...

44
Vive réprimande.
Membres de corps humain.
Désigne les balles, sans doute en raison du sifflement qu’elles produisent.
Lieu où l’on peut se mettre à l’abri du danger et/ou des intempéries. Les abris se développent et s’améliorent avec l’installation dans la guerre des tranchées, et sont généralement creusés en contrebas dans le flanc d’une tranchée. Ils sont souvent trop petits pour contenir tous les hommes d’une portion de tranchées, qui peuvent s’y relayer.
L’armée d’active comprend avant la mobilisation les militaires professionnels et les conscrits effectuant leur service militaire, par opposition à la « réserve » constituée des hommes ayant déjà effectué leur service, et de la « territoriale » constituée des hommes de plus de trente-cinq ans à la mobilisation.
Surnom de l'adjudant.
Casque du nom de l’intendant qui l’a créé. Ce casque était en tôle d’acier de couleur bleutée distribué à partir de septembre 1915 aux fantassins français.

AEF

American Expeditionary Forces. Corps expéditionnaire des États-Unis débarqué en France en 1917-1918.
Soldat chargé des transmissions d’ordres.
Surnom donné à la baïonnette.
Abréviation d'artillerie lourde à grande portée.
Indemnité de l'État français versé aux familles des militaires appelés sous les drapeaux.
Chasseur alpin dans l’armée allemande.
Abréviation d'Artillerie lourde sur voie ferrée.
En 1914, une ambulance ne désigne pas le véhicule mais une unité dont la double mission est d'apporter les premiers soins aux blessés et de les évacuer vers l'arrière.
Ce véhicule fait son apparition dès l'automne 1914. Rapidement, il est mis en place dans les différentes armées et corps d'armées.
Acte qui dispose que des fautes passées devront être oubliées, et qui interdit à quiconque de les rechercher ou de les évoquer sous peine de sanctions.
Surnom donné à la censure des journaux, lié à la représentation graphique d’une vieille femme dotée de grands ciseaux.
Abréviation d'Australian and New-Zealand Army Corps.
Terme allemand, signifiant "travail" repris tel quel par des soldats français.
Troupes d’élite italiennes.
Langage créé par les soldats français des tranchées.
Forces britanniques et du Commonwealth engagées dans le conflit.
Convention par laquelle les belligérants suspendent les hostilités.
Espaces situés à l'écart de la zone du front.
Désigne les tirs d'artillerie et les bombardements.
Désigne les artilleurs, principalement par les fantassins.
Type d’armement utilisant canons et projectiles explosifs.
Type d’'artillerie utilisée dans les forts et le citadelles.
Type d’artillerie à petite calibre, courte portée et tir généralement tendu.
Type d’artillerie à gros calibre, à longue portée et à tir courbe.
Type d’artillerie à longue portée et à projectiles très lourds.
Type d’artillerie à tir courbe utilisée dans la guerre de position et la guerre de montagne.
Militaire qui sert dans l’artillerie.
Actes commis par une armée contre des civils d'un pays occupé.

As

Pilote de chasse ayant obtenu plusieurs victoires et élevé au rang de héros.
Désigne la gamelle.
Prêtre catholique affecté, de par la loi, à un groupe de brancardiers. Il est à la fois celui à qui on se confie et se confesse. Il est aussi habilité à administrer les derniers sacrements.
Abréviation de ambulance chirurgicale automobile.
Véhicule à roues, blindé ou non, portant une ou plusieurs mitrailleuses comme armement de bord.
Désigne un accident.
Avion armé dont la mission est la destruction des avions de reconnaissance de l'ennemi. Par la suite, il sert également à protéger les bombardiers de la chasse ennemie.
Avion de repérage des troupes ennemies non armé au début du conflit. Par la suite, il devient aussi les yeux de l'artillerie en rectifiant les tirs.
Désigne le sac des combattants.