La Grande Guerre

De A à Z

Découvrez le langage des tranchées ainsi que le vocabulaire propre aux armées en guerre.

C...

66
Désigne le caporal.
Désigne le caporal-clairon.
Désigne un élève officier.
Désigne une humeur dépressive.
Abri léger, dans la terre ou fait de boisages, où peuvent se tenir les combattants en cas de bombardements ou d’intempéries.
Élément, généralement en bois, à claire-voie placé au fond des tranchées et boyaux afin d’affermir celui-ci et de permettre la circulation malgré les intempéries et la boue.
Diamètre d’une bouche à feu et d’un projectile.
Titre porté par les successeurs de Mahomet après sa mort en 632 et signifiant « successeur » sous-entendu du prophète.
Art de dissimuler du matériel de guerre ou des troupes à l'observation ennemie.
Contre-mine destinée à détruire sous terre une mine adverse et ne produisant pas d’entonnoir.
Désigne à la fois le lieu où sont stationnées les troupes hors des lignes, et la situation de celles-ci.
Convention qui règle les conditions de la reddition d'une place de guerre, de forces militaires.
Munition d'une arme à feu individuelle.
Locution latine signifiant littéralement « cas de guerre ». Elle désigne un acte de nature à justifier une entrée en conflit.
Rendre illisible par raturage certains passages d’une lettre.
Action d'interdire tout ou partie d'une communication.

CEP

Corps Expéditionnaire Portugais. Le corps expéditionnaire portugais est formé dès 1916, suite à l'entrée en guerre du pays au côté des alliés. Envoyé en France dès février 1917, il sera basé sur le secteur anglais de Laventie.
Calotte de métal diffusée au début de la guerre pour protéger la tête du soldat sous un képi, qui servit souvent pour la cuisine.
Engin blindé, armé, à chenilles intégrales et construit en vue de la lutte rapprochée.
Manœuvre d’attaque militaire.
Nom donné aux troupes légères , mobiles, d'infanterie ou de cavalerie, propres à la reconnaissance, aux attaques par surprise ou aux raids audacieux.
Fantassins spécialistes du combat en montagne.
Gaz utilisé seul ou mélangé à d'autres substances comme gaz de combat. Il se répand au sol en nuages épais qui ont tendance à stagner et à provoquer la mort par œdème des poumons.
Avoir peur.
Se taper le chou désigne le fait de bien manger.
Division militaire d'un territoire.
Terme militaire qui désigne le fait de signaler un acte valorisé.
Militaire musicien se tenant à proximité du commandant d"unité, prêts à transmettre les ordres aux troupes.
Terme de l’administration militaire passé dans le langage courant et qui désigne l’année prévue d’incorporation d’un homme appelé sous les drapeaux.
État de deux pays en guerre contre un ennemi commun.
Se dit d'un pays en cobelligérance.
Insigne circulaire, le plus souvent aux couleurs nationales, ordinairement plissé et porté à la coiffure par les militaires.
Paquet envoyé au soldat depuis l’arrière.
Action d'utiliser des unités au coup par coup afin de renforcer des secteurs du front menacés de rompre sous la pression ennemie.
Désigne un colonel.
Réunion de personnes déléguées par une assemblée, par une autorité, constituant un organe collégial de gestion, de consultation, de décision.
Ensemble des autorités militaires supérieures.
État souverain qui partage la même personne, le roi George V, comme chef d'État et monarque constitutionnel.
Désigne tous les moyens de transmettre des ordres.
Subdivision d’un bataillon qui comprend à l'époque environ 150 hommes.
Rassemblement des forces disponibles en un point choisi avant un engagement.
Tribunal militaire prévu par le Code de Justice Militaire de 1857, destiné à juger les crimes et délits commis par des militaires.
Territoire sur lequel plusieurs États souverains exercent une souveraineté conjointe.
Tir de batterie d'artillerie en réponse au tir ennemi et en prenant pour cibles les pièces de l'adversaire afin de les détruire et de diminuer ainsi l'importance des feux reçus sur les premières lignes amies.
Système de contrôle du courrier des soldats.
Droit humanitaire concernant les blessés et prisonniers de guerre. C'est aussi un comité qui tente de codifier la guerre pour mieux la réguler.
Suite de véhicules de transport qui ont la même destination, qui font route ensemble.
Fleur sauvage des champs abandonnés de 14-18 et rouge comme le sang des combattants est devenu après guerre le symbole du souvenir des morts.
Les corps francs ou compagnies franches étaient des unités de volontaires mises sur pieds souvent au sein d'une brigade en vue d'une attaque particulière et dont un officier volontaire prenait le commandement.
Regroupement d’au moins deux divisions sous un même chef avec en plus des moyens supplémentaires en artillerie, génie et logistique.
Ensemble de lettres écrites par quelqu'un ou échangées entre des personnes.
Désignation générale de tous les travaux pénibles susceptibles d’être effectués par les combattants, au front comme au cantonnement.
Dans le jargon des combattants, désigne le fait de boire une rasade de vin.
Technique de combat caractéristique des fronts stabilisés. Il s'agit de ramener des prisonniers afin d'obtenir des renseignements sur les unités ennemies déployées en face de son propre dispositif, d'entretenir l'insécurité chez l'adversaire et de tester sa capacité de résistance ou son mordant.
Désigne des tribunaux militaires exceptionnels à la procédure simplifiée.
Agent de liaison qui assure la transmission des ordres lorsque les relations téléphoniques sont coupées par les bombardements.
Désigne les différents types de mortiers de tranchées et leurs projectiles.
Trou en forme d’entonnoir creusé par un obus sur le front.
Ouverture aménagée dans le parapet d’une tranchée de première ligne et qui permet l’observation ou le tir sur la tranchée adverse.
Caverne aménagée et fortin ou casemate dans le système de tranchées.
Médaille de guerre turque, créée en 1915 par le sultan Mehmed V.
Sur le champ de bataille ou à proximité immédiate des lieux de combat, les crois de bois constituent la marque employée par les soldats pour indiquer l'emplacement où l'un des leurs a été plus ou moins rapidement enterré.
Décoration de guerre allemande.
Décoration de guerre française.
Décoration de guerre allemande.
Détachements d'infanterie munis de moyens de transport individuels rapides.