Dictionnaire



Dico

  • A

    Abeille : Dans l’argot des combattants, désigne les balles, sans doute en raison du sifflement qu’elles produisent.

    Abri : Lieu où l’on peut se mettre à l’abri du danger et/ou des intempéries. Les abris se développent et s’améliorent avec l’installation dans la guerre des tranchées, et sont généralement creusés en contrebas dans le flanc d’une tranchée. Ils sont souvent trop petits pour contenir tous les hommes d’une portion de tranchées, qui peuvent s’y relayer.

    Active : L’armée d’active comprend avant la mobilisation les militaires professionnels et les conscrits effectuant leur service militaire, par opposition à la « réserve » constituée des hommes ayant déjà effectué leur service, et de la « territoriale » constituée des hommes de plus de trente-cinq ans à la mobilisation.

    Adrian : Casque du nom de l’intendant qui l’a créé. Ce casque était en tôle d’acier de couleur bleutée distribué à partir de septembre 1915 aux fantassins français.

    AEF : American Expeditionary Forces. Corps expéditionnaire des États-Unis débarqué en France en 1917-1918.

    Agent de liaison : Soldat chargé des transmissions d’ordres.

    ALGP : Abréviation d'artillerie lourde à grande portée.

    Allocation : indemnité de l'État français versé aux familles des militaires appelés sous les drapeaux.

    Alpenjäger : Chasseur alpin dans l’armée allemande.

    ALVF : Abréviation d'Artillerie lourde sur voie ferrée.

    Ambulance : En 1914, une ambulance ne désigne pas le véhicule mais une unité dont la double mission est d'apporter les premiers soins aux blessés et de les évacuer vers l'arrière.

    Ambulance automobile : Ce véhicule fait son apparition dès l'automne 1914. Rapidement, il est mis en place dans les différentes armées et corps d'armées.

    Amnistie : acte qui dispose que des fautes passées devront être oubliées, et qui interdit à quiconque de les rechercher ou de les évoquer sous peine de sanctions.

    Anastasie : Surnom donné à la censure des journaux, lié à la représentation graphique d’une vieille femme dotée de grands ciseaux.

    ANZAC : Abréviation d'Australian and New-Zealand Army Corps.

    Arbeit : Terme allemand, signifiant "travail" repris tel quel par des soldats français.

    Arditi : Troupes d’élite italiennes.

    Argot du combattant : Langage créé par les soldats français des tranchées.

    Armée britannique : Forces britanniques et du Commonwealth engagées dans le conflit.

    Armistice : Convention par laquelle les belligérants suspendent les hostilités.

    Arrière : Espaces situés à l'écart de la zone du front.

    Artiflot(s) : En argot des combattants, désignation des artilleurs, principalement par les fantassins.

    Artillerie : Type d’armement utilisant canons et projectiles explosifs.

    Artillerie de forteresse : Type d’'artillerie utilisée dans les forts et le citadelles.

    Artillerie de campagne : Type d’artillerie à petite calibre, courte portée et tir généralement tendu.

    Artillerie lourde : Type d’artillerie à gros calibre, à longue portée et à tir courbe.

    Artillerie super-lourde de très longue portée : Type d’artillerie à longue portée et à projectiles très lourds.

    Artillerie de tranchée : Type d’artillerie à tir courbe utilisée dans la guerre de position et la guerre de montagne.

    Artilleur : Militaire qui sert dans l’artillerie.

    Atrocités : Actes commis par une armée contre des civils d'un pays occupé.

    As : Pilote de chasse ayant obtenu plusieurs victoires et élevé au rang de héros.

    Aumônier militaire : Prêtre catholique affecté, de par la loi, à un groupe de brancardiers. Il est à la fois celui à qui on se confie et se confesse. Il est aussi habilité à administrer les derniers sacrements.

    Autochir : Abréviation de ambulance chirurgicale automobile.

    Automitrailleuse : Véhicule à roues, blindé ou non, portant une ou plusieurs mitrailleuses comme armement de bord.

    Automutilation : Action qui consiste à s'infliger à soi-même des blessures.

    Azor : Dans l’argot des combattants, désigne le sac des combattants.

  • B

    Baïonnette : Épée ou lame qui se fixe au bout du fusil permettant d'utiliser ce dernier comme une arme de pique.

    Balle : Projectile d’arme à feu.

    Bande molletière : Élément de l’équipement des fantassins français, constitué d’une bande en drap de laine enroulée autour du mollet.

    Banquette : Dispositif aménagé dans la tranchée de première ligne permettant à un soldat de s’installer en position de tir, généralement couché ou incliné.

    Barbelés : Fil de fer garni de pointes, dit barbelé. Élément important du système-tranchées, placé devant les tranchées de première ligne afin d’empêcher et de ralentir l’avance des troupes adverses.

    Barda : En argot des combattants, désigne l’équipement du soldat.

    Barrage : Tir d’artillerie défensif violent et serré pour empêcher la progression de l’ennemi.

    Bataillon : Fraction d’un régiment subdivisée en plusieurs compagnies. Son effectif varie entre 600 et 1000 soldats.

    Batterie : Ensemble coordonné de canons, faisant partie d’un régiment d’artillerie.

    Batltle zone : Dans le schéma de défense de l'armée britannique en 1918, la battle zone est la seconde ligne de défense du front.

    BEF : British Expedition Force. Ensemble des troupes britanniques présentes en France et dans les Flandres pendant la Grande Guerre.

    Belligérant : Se dit d'un pays en état de guerre avec un autre.

    Bigor : En argot des combattants, désigne les hommes de l’artillerie de marine.

    Bivouac : Terme militaire qui désigne le fait d’établir un campement provisoire à l’extérieur, et, par extension, un repas ou une nuit passée dehors.

    Blessure : Blessure du combattant suffisamment sérieuse pour lui permettre d’être évacué du front mais n’impliquant pas de séquelles trop importantes.

    Bleus, Bleuet, Bleusaille : Désignation dans l’argot militaire d’un soldat inexpérimenté, n’ayant pas ou peu vu le feu.

    Blindé : Véhicule de combat automoteur, plus ou moins armé et recouvert d'un blindage.

    Blockhaus : Abri fortement protégé, voire blindé. Sa construction est fixée de telle sorte que les ouvertures permettent les tirs de flanquement avec les ouvrages défensifs voisins.

    Blocus : Investissement d'une ville, d'un port, d'une position, d'un pays pour lui couper toute communication avec l'extérieur.

    Boche : Désignation des Allemands par les Français. Il est probable qu’il s’agisse d’une abréviation de l’argotique « alboche » pour « allemand ».

    Boîte aux lettres : En argot des combattants, désigne le projectile d'artillerie.

    Boucherie : Dans le langage des combattants, désignation d’une opération militaire particulièrement meurtrière.

    Boue : Poussière ou terre détrempée formant une couche grasse à la surface du sol.

    Bouteillon : Marmite militaire de campagne qui fait partie de l’équipement des fantassins.

    Boyau : Voie de communication entre deux lignes de tranchées.

    Boyau de la mort : Ensemble des tranchées creusées par les belges à partir du 18 mai 1915 dans le secteur de Dixmude. Le lieu est ainsi surnommé par les belges en raison des âpres combats qui s'y déroulent.

    Brancardiers : Militaires chargés de la récupération et du transport des blessés aux tranchées et sur le champ de bataille.

    Brancardiers régimentaires : Militaires, armés, placés aux ordres du médecin du régiment lors des phases de combats. Organisés en équipe de 4 hommes, équipés d'un brancard, de bidons d'eau et de pansements , il ont pour mission de relever les blessés sur le champ de bataille et de les transporter au premier poste de secours.

    Brancardiers d'ambulance : Militaires, non armés, affectés au service de santé et protégés par la convention de Genève , assurent le transport des blessés entre le poste de secours régimentaire et l'ambulance.

    Brigade : Pendant la Grande Guerre, la brigade est une unité constituée par deux ou trois régiments.

    Brun : Rouleau de fil de fer barbelé, prêt à l’emploi, qui a l’avantage de pouvoir être déployé et déplié  rapidement en avant des tranchées.

    Brutalisation : Aggravation de la brutalité, de la violence dans les relations sociales.

    Bureaux : Instances chargées de l’administration de l’armée.

  • C

    Cabot : En argot des combattants, désignation familière d’un caporal.

    Cadet : Désignation d'un élève officier.

    Cafard : En argot des combattants, désigne une humeur dépressive.

    Cagna : Abri léger, dans la terre ou fait de boisages, où peuvent se tenir les combattants en cas de bombardements ou d’intempéries.

    Caillebotis : Élément, généralement en bois, à claire-voie placé au fond des tranchées et boyaux afin d’affermir celui-ci et de permettre la circulation malgré les intempéries et la boue.

    Calibre : Diamètre d’une bouche à feu et d’un projectile.

    Camouflage : Art de dissimuler du matériel de guerre ou des troupes à l'observation ennemie.

    Camouflet : Contre-mine destinée à détruire sous terre une mine adverse et ne produisant pas d’entonnoir.

    Cantonnement : Désigne à la fois le lieu où sont stationnées les troupes hors des lignes, et la situation de celles-ci.

    Capitulation : Convention qui règle les conditions de la reddition d'une place de guerre, de forces militaires.

    Cartouche : Munition d'une arme à feu individuelle.

    Casus belli : Locution latine signifiant littéralement « cas de guerre ». Elle désigne un acte de nature à justifier une entrée en conflit.

    Caviarder : Rendre illisible par raturage certains passages d’une lettre.

    Censure : Action d'interdire tout ou partie d'une communication.

    CEP : Corps Expéditionnaire Portugais. Le corps expéditionnaire portugais est formé dès 1916, suite à l'entrée en guerre du pays au côté des alliés. Envoyé en France dès février 1917, il sera basé sur le secteur anglais de Laventie.

    Cervelière : Calotte de métal diffusée au début de la guerre pour protéger la tête du soldat sous un képi, qui servit souvent pour la cuisine.

    Char d'assaut : Engin blindé, armé, à chenilles intégrales et construit en vue de la lutte rapprochée.

    Charge : Manœuvre d’attaque militaire.

    Chasseurs : Nom donné aux troupes légères , mobiles, d'infanterie ou de cavalerie, propres à la reconnaissance, aux attaques par surprise ou aux raids audacieux.

    Chasseurs alpins : Fantassins spécialistes du combat en montagne.

    Chlore : Gaz utilisé seul ou mélangé à d'autres substances comme gaz de combat. Il se répand au sol en nuages épais qui ont tendance à stagner et à provoquer la mort par œdème des poumons.

    Circonscription : Division militaire d'un territoire.

    Citation : Terme militaire qui désigne le fait de signaler un acte valorisé.

    Clairon : Militaire musicien se tenant à proximité du commandant d"unité, prêts à transmettre les ordres aux troupes.

    Classe : Terme de l’administration militaire passé dans le langage courant et qui désigne l’année prévue d’incorporation d’un homme appelé sous les drapeaux.

    Cobelligérance : État de deux pays en guerre contre un ennemi commun.

    Cobelligérant : Se dit d'un pays en cobelligérance.

    Cocarde : Insigne circulaire, le plus souvent aux couleurs nationales, ordinairement plissé et porté à la coiffure par les militaires.

    Colis : Paquet envoyé au soldat depuis l’arrière.

    Colmatage : Action d'utiliser des unités au coup par coup afin de renforcer des secteurs du front menacés de rompre sous la pression ennemie.

    Colon : En argot des combattants, désignation du colonel.

    Comité : Réunion de personnes déléguées par une assemblée, par une autorité, constituant un organe collégial de gestion, de consultation, de décision.

    Commandement : Ensemble des autorités militaires supérieures.

    Communications : Désigne tous les moyens de transmettre des ordres.

    Compagnie : Subdivision d’un bataillon qui comprend à l'époque environ 150 hommes.

    Concentration : Rassemblement des forces disponibles en un point choisi avant un engagement.

    Conseil de Guerre : Tribunal militaire prévu par le Code de Justice Militaire de 1857, destiné à juger les crimes et délits commis par des militaires.

    Contrebatterie : Tir de batterie d'artillerie en réponse au tir ennemi et en prenant pour cibles les pièces de l'adversaire afin de les détruire et de diminuer ainsi l'importance des feux reçus sur les premières lignes amies.

    Contrôle postal : Système de contrôle du courrier des soldats.

    Convention de la Haye : Droit humanitaire concernant les blessés et prisonniers de guerre. C'est aussi un comité qui tente de codifier la guerre pour mieux la réguler.

    Convoi : Suite de véhicules de transport qui ont la même destination, qui font route ensemble.

    Coquelicot : Fleur sauvage des champs abandonnés de 14-18 et rouge comme le sang des combattants est devenu après guerre le symbole du souvenir des morts.

    Corps / Groupes Francs : Les corps francs ou compagnies  franches étaient des unités de volontaires mises sur pieds  souvent  au sein  d'une brigade  en vue d'une attaque particulière  et dont un officier  volontaire prenait le commandement.

    Corps (d'armée, de cavalerie) : Regroupement d’au moins deux divisions sous un même chef avec en plus des moyens supplémentaires en artillerie, génie et logistique.

    Correspondance : Ensemble de lettres écrites par quelqu'un ou échangées entre des personnes.

    Corvée : Désignation générale de tous les travaux pénibles susceptibles d’être effectués par les combattants, au front comme au cantonnement.

    Coups de main : technique de combat caractéristique des fronts stabilisés. Il s'agit de ramener des prisonniers afin d'obtenir des renseignements sur les unités ennemies déployées en face de son propre dispositif, d'entretenir l'insécurité chez l'adversaire et de tester sa capacité de résistance ou son mordant.

    Cour Martiale : Désigne des tribunaux militaires exceptionnels à la procédure simplifiée.

    Coureur : agent de liaison qui assure la transmission des ordres lorsque les relations téléphoniques sont coupées par les bombardements.

    Crapouillot : Dans l’argot des combattants, désigne les différents types de mortiers de tranchée et leurs projectiles.

    Cratère : Trou en forme d’entonnoir creusé par un obus sur le front.

    Créneau : Ouverture aménagée dans le parapet d’une tranchée de première ligne et qui permet l’observation ou le tir sur la tranchée adverse.

    Creute : Caverne aménagée et fortin ou casemate dans le système de tranchées.

    Croissant de fer : Médaille de guerre turque, créée en 1915 par le sultan Mehmed V.

    Crois de bois : Sur le champ de bataille ou à proximité immédiate des lieux de combat, les crois de bois constituent la marque employée par les soldats pour indiquer l'emplacement où l'un des leurs a été plus ou moins rapidement enterré.

    Croix de fer : Décoration de guerre allemande.

    Croix de guerre : Décoration de guerre française.

    Croix "pour le Mérite" : Décoration de guerre allemande.

    Cyclistes : Détachements d'infanterie munis de moyens de transport individuels rapides.

  • D

    DCA : Abréviation de Défense Contre Avions.

    Décauville : Voie de chemin de fer étroite.

    Déclaration de guerre : Déclaration formelle d'un gouvernement national pour signifier l'état de guerre entre cette nation et une ou plusieurs autres.

    Démobilisation : Acte par lequel l'autorité militaire libère du service et renvoie dans leurs foyers les réservistes qui ont été mobilisés.

    Déportation : Transfert et internement dans un camp de concentration situé dans une région éloignée.

    Déporté : Personne internée dans un camp de concentration.

    Dépôts : Corps de troupes constituant la portion fixe d'un régiment, restant dans la garnison d'origine lors de la mobilisation et du départ des unités. Ils servent de liens entre l'administration territoriale de l'arrière et des bataillons.

    Der des Der : Expression forgée durant la guerre et largement répandue dès la fin du conflit. Il s'agit d'affirmer que la Grande Guerre a atteint le summum de l'acceptable par les sociétés et que les sacrifices ont été tels qu'ils ne peuvent plus connaître d'équivalent dans l'avenir.

    Déserteur : Militaire qui se rend coupable de désertion en quittant l'armée.

    Désertion : Infraction commise par le militaire régulièrement incorporé qui, sans droit, rompt le lien qui l'attache aux forces armées.

    Désinformation : Utilisation de la presse pour faire passer un message susceptible de tromper ou d'influencer l'ennemi.

    Dirigeable : Aérostat muni d'organes de propulsion (moteurs et hélices), de direction et de stabilisation.

    Division : Unité de base de la stratégie militaire, la division comprend en 1914 environ 12.000 hommes répartis dans 4 régiments.

    Dommages de guerre : Préjudices matériels subis par les particuliers ou les États du fait des opérations de guerre et susceptibles d'une réparation. C'est également le terme utilisé pour désigner l'indemnité perçue en réparation pour ces dommages.

    Dragon : Troupes de cavalerie, à l’origine infanterie montée.

    Dysenterie : Maladie infectieuse bactérienne ou parasitaire (amibienne), provoquant une colique avec des selles glaireuses et sanguinolentes.

  • E

    Éclat : Fragment d'obus projeté par l'explosion de celui-ci, et qui est à l’origine d’une grande proportion des morts et des blessures parmi les combattants.

    Embusqué : Terme désignant les hommes échappant indûment au combat.

    Entente cordiale : Fruit des efforts diplomatiques cherchant à dépasser les différends pour aboutir à une alliance nécessaire du l'Empire britannique et de la France.

    Entonnoir : Désigne l’excavation, souvent importante, produite par l’explosion d’une mine.

    Ersatz : Produit de consommation destiné à remplacer un produit naturel devenu rare.

    Escadre : Grande unité de la marine réunissant sous un même commandement plusieurs navires.

    Escadrille : Groupe de petits bâtiments ou d'appareils de l'aéronautique navale moins important que la flottille.

    Escadron : Troupe de cavaliers armés.

    Escouade : La plus petite unité de l’armée française, elle regroupe en théorie 15 soldats.

    Espionnite : Terme formé sur une terminaison désignant une maladie, pour qualifier le fait de voir des espions partout ou du moins de leur attribuer une influence et des actes exagérés par rapport à leur présence réelle.

    État-major : Unité de commandement dans une armée ou une partie de celle-ci.

    Évasion : Devoir de tout soldat tombé aux mains de l'ennemi qui consiste à s'évader d'un lieu où on est retenu de force.

    Exercice : Nom générique donné aux manœuvres, instruction des troupes et exercices exécutés par les soldats en période dite de repos.

  • F

    Faisceaux : Façon de reposer des fusils verticalement par groupe de trois, en triangle, adossés ensemble par leurs canons.

    Feldgrau : Littéralement «gris de campagne» : couleur de l’uniforme allemand. Par extension, désigne le fantassin allemand.

    Feuillées : Latrines de campagne, généralement creusées dans la terre un peu à l’écart des tranchées principales. Les soldats s’y rendent pour « poser culotte », selon l’expression employée.

    Flotte : Ensemble des forces navales.

    Flottille : Ensemble de navires de faible tonnage, composé essentiellement de torpilleurs et de vedettes.

    Fort : Bâtiment militaire conçu pour la guerre défensive.

    Fortin : Sorte de petit fort d'une taille permettant d'abriter quelques hommes.

    Fortification : Ouvrage de défense militaire.

    Forward zone : Dans le schéma de défense de l'armée britannique en 1918, la forward zone correspond en fait à la première ligne. Composée d'une tranchée et d'un nombre important de redoutes réparties le long du front, elle est destiné à recevoir le premier impact de l'armée ennemie et à ralentir son avance au maximum.

    Fosse commune : Durant la guerre, les inhumations collectives sont fréquentes, en particulier au début de la guerre car les pertes sont énormes et les unités ne sont pas organisées pour enterrer leurs morts. Des fosses communes peuvent être creusées à proximité des lignes.

    Fourneau : Extrémité d’une galerie de mine se situant sous les lignes adverses, destinée à être remplie d’explosifs.

    Fourragère : Décoration collective accordée à certaines unités à partir de 1916. Elle se traduit par une cordelette qui orne l’uniforme militaire à l’épaule.

    Fourrier : Caporal chargé des écritures.

    Franc-tireur : Soldat qui ne fait pas partie de l'armée régulière.

    Fraternisation : Pratiques par lesquelles les combattants des tranchées tentent de réduire ou d'interrompre la violence du conflit.

    Fraterniser : Refuser de se battre et faire cause commune avec ceux qu'ils ont mission de combattre. Ce refus peut se solder par une manifestation de sentiments mutuels de sympathie.

    Front : Zone des premières lignes de combat.

    Fritz : Désignation péjorative des Allemands par les Français. Moins usité que le synonyme "Boche".

    Fusant : Obus qui explose en l’air au dessus des troupes adverses. Pour cela il est muni à son sommet d’une «  fusée » réglée pour déclencher l’explosion de l’obus au bout d’un temps calculé à l’avance. Le «  fusant » est composé d’explosif et de billes de plomb ou d’acier appelées shrapnels.

    Fusil : Arme individuelle de tir.

    Fusilier marin : fantassin de la marine.

    Fusillés pour l'exemple : Expression désignant les soldats exécutés pour refus d'obéissance ou d'insubordination.

  • G

    Galonnards : Dans l’argot militaire, désignation de supérieurs considérés comme plus attentifs à leurs galons et à leurs décorations qu'à la vie de leurs hommes.

    Gargousse : Charge de poudre pour canons.

    Garnison : Ensemble des troupes stationnées dans une ville ou qui en assure la défense.

    Gaz : Arme nouvelle de combat chimique de la Grande Guerre.

    Gebirjsjäger : Chasseur alpin de l’armée allemande.

    Généralissime : Commandant suprêmes des armées alliées.

    Génocide : Crime contre l'humanité tendant à la destruction totale ou partielle d'un groupe national, ethnique, racial ou religieux.

    Gerry : Surnom donné par les soldats britanniques aux soldats allemands.

    Gnôle : Alcool fort, de tout type, consommé par les combattants.

    Gourbi : Dans l’argot des combattants, désigne un abri surtout à partir de la seconde ligne jusqu’au cantonnement.

    GQG (Grand Quartier Général) : Organisme créé à la mobilisation et chargé, avec les moyens nécessaires en matériel et personnel, d’assurer la conduite de la guerre terrestre.

    Grades : Le grade d'un militaire permet de préciser son rang dans la hiérarchie et ses responsabilités de commandement.

    Grenade : Arme de combat rapproché constitué d’une enveloppe de fonte emplie d’explosif à l’intérieur.

    Grippe espagnole : En février 1916, cette épidémie pneumococique est identifiée par les médecins militaires. Elle est signalée partout dans le monde. Sans l'existence de vaccin, plusieurs millions de personnes trouveront la mort jusqu'en 1919.

    Grosse Bertha : Surnom d’une pièce d’artillerie lourde allemande. Initialement donné à un obusier conçu en 1908 par les usines Krupp, et nommé ainsi en l’honneur de Bertha Krupp (héritière du groupe).

    Groupe d'armées : Unité militaire regroupant plusieurs armées placées sous le commandement d'un général d'armée.

    Guerre civile : Guerre au sein d'un État opposant les forces armées régulières et des groupes armés identifiables.

    Guerre des gaz : Après l'utilisation par les allemands de gaz de combat sur le front de l'Yser, les différents belligérants développent rapidement des moyens offensifs, des matériels de protection et une doctrine d'emploi.

    Guerre totale : Notion impliquant la participation de l'ensemble de la population, la mobilisation de toutes les ressources productrices de la nation et l'accumulation des armements les plus destructeurs.

    Guetteur : Militaire des tranchées dont le rôle est de prévenir de l'approche de tout ennemi surtout durant la nuit.

    Gueules cassées : Se dit des soldats français blessés à la face et dont le visage est dévasté à jamais.

  • H

    Haut commandement : Ensemble des généraux exerçant leur autorité sur les différentes armées.

    Havresac : Sac contenant l’équipement et les affaires personnelles du soldat.

    Héros : Personne qui se distingue par sa bravoure et ses mérites exceptionnels.

    Hoch see flotte : Corps de bataille principal de la marine impériale allemande.

    Home fleet : Nom donné à la flotte de guerre britannique.

    Hôpital militaire : Hôpital de garnison destiné à soigner les malades appartenant aux armées même en temps de paix. En temps de guerre, ces hôpitaux ne sont pas assez nombreux pour soigner tous les blessés rapatriés ainsi d'autres hôpitaux apparaissent en fonction des besoins.

    Hôpital annexe : Hôpital créé dans un garnison ne possédant pas d'hôpital militaire.

    Hôpital auxiliaire : Hôpital ouvert par la Croix-Rouge ou des sociétés de bienfaisance permettant de palier au déficit en lits d'hospitalisation en temps de guerre. Ces hôpitaux fonctionnent selon les ordres et au bénéfice des armées, mais restent gérés par les sociétés caritatives.

    Hôpital bénévole : Hôpital de petite structure financé et entretenus par des congrégations religieuses ou de riches particuliers. Ces hôpitaux sont situés loin de la zone des armées.

    Hôpital complémentaire : Hôpital installé dans des locaux réquisitionnés à la double condition d'être situés à proximité immédiate d'une voie ferrée et de pouvoir accueillir au moins 20 lits.

    Hôpital de campagne : Structure officielle du service santé des armées appelée à servir dans la zone de l'avant. Il a une quadruple mission de relève des blessés auprès des ambulances, de tri en fonction de l'urgence vitale, d'évacuation des patients les plus atteints vers les installations fixes de l'arrière et de soin pour ceux conservés sur place.

    Hôpital d'évacuation : Hôpital organisant le transfert des blessés par trains et assurant le réapprovisionnement matériel des formations sanitaires subordonnées.

    Hussards : Subdivision de l’arme de la cavalerie.

    Hydrophone : appareil permettant de repérer des submersibles par interception des ondes émises par les battements des hélices.

    Hygiène : Ensemble des soins apportés au corps pour le maintenir en état de propreté.

  • I

    Infanterie : Troupes qui combattent à pied.

    Infirmière : Femme s'investissant avec enthousiasme dans ce qui apparaît comme une mission à la fois patriotique et féminine : soigner les blessés au combat.

    Intendance : Service chargé de l'administration générale de l'armée de terre et de la satisfaction de certains de ses besoins matériels (solde, alimentation, habillement, campement, couchage, ameublement, chauffage, éclairage)

  • J

    Jäger : Chasseur dans l’armée allemande.

    Journaux des tranchées : Type de publication conçue et éditée par les soldats et les officiers sur le front. La diversité de ces journaux est grande : journaux de blessés et de prisonniers, journaux d’unités sur le front d’Orient ou d’Italie, journaux de marins, d’aviateurs, d’artilleurs, de soldats du génie, journaux de fantassins. Ils sont le propre des armées alliées.

    Jus : Dans l’argot des combattants, désignation du café.

    Justice militaire : justice spécialisée qui a pour objet de juger les faits et actes commis par des militaires dans l'exercice de leurs fonctions ou dont ils sont victimes.

  • K

    Kaiser : Titre impérial germanique.

    Kaiserliche marine : Marine impériale allemande.

    Kronprinz : Appellation traditionnelle du prince héritier des dynasties allemandes.

  • L

    Lance-flammes : Nouvelle arme de la Grande Guerre, utilisant des liquides enflammés.

    Landsturm : Terme allemand signifiant «levée en masse» des hommes.

    Landwehr : Terme allemand signifiant «garde territoriale».

    Langer Max : Canon lourd allemand à longue portée.

    Ligne : tranchée

    Ligne Hindenburg : Vaste système de défenses et de fortifications au nord-est de la France construit par les allemands entre 1916 et 1917.

    Ligne Siegfried : Ligne fortifiée construite par les allemands entre 1916 et 1917, raccourcissant le front pour la circonstance.

    Limoger : Priver quelqu'un de son poste, de ses fonctions, en le déplaçant ou en le destituant.

    Livret : cahier reprenant toutes les données d'état-civil devant être conservé en permanence par chaque soldat.

    Logistique : Ensemble des opérations ayant pour but de permettre aux armées de vivre, de se déplacer, de combattre et d'assurer les évacuations et le traitement médical du personnel.

    Long Max : Canon lourd allemand à longue portée.

  • M

    Main noire : Organisation terroriste serbe fondée en 1911.

    Maître-bau : Correspond à la plus grande largeur d'un navire ou d'un sous-marin.

    Marine : Flotte de guerre.

    Marmite : Dans l’argot des combattants, désignation des projectiles allemands de gros calibre par les soldats français.

    Marraines de guerre : Désignation des femmes ou des jeunes filles qui entretiennent des correspondances avec les soldats du front afin de les soutenir moralement, psychologiquement voire affectivement. La marraine de guerre faisait parvenir des lettres à son soldat mais pouvait également envoyer des colis, des cadeaux ainsi que des photographies.

    Marsouin : Soldats de l’infanterie de marine.

    Masque à gaz : Masque de protection contre les effets des gaz chimiques.

    Mercanti : Mot à connotation péjorative, utilisé par les combattants français pour désigner les civils commerçants ou improvisés commerçants qui vendent, à proximité du front, des boissons ou d’autres produits à des prix exagérément élevés.

    Métro : Dans l’argot des combattants, désignation des projectiles d'artillerie de 310 mm allemands, qui produisent en vol un bruit semblable à celui d’une rame de métro.

    Midis : Désignation des soldats méridionaux.

    Mine : Charge d’explosifs que l’on amenait sous la tranchée ennemie afin de la faire exploser.

    Minenwerfer : Mortier de tranchée allemand.

    Mineur : Soldat du génie combattant sous terre en creusant la mine ou la contre-mine.

    Mitrailleuse : Arme à tir automatique rapide.

    Mobilisation : Mise sur pied de guerre des forces militaires d'un pays par le rappel dans les armées de tous ceux qui sont désignés pour y servir en temps de paix.

    Monter : Aller combattre en première ligne.

    Monument aux morts : Monument érigé pour commémorer et honorer les soldats, et plus généralement les personnes, tuées ou disparues par faits de guerre.

    Mortier : Pièce d’artillerie de tranchées.

    Moulin à café : Dans l’argot des combattants, désigne la mitrailleuse. Terme faisant référence au bruit du moulin à café manuel.

    Munitionnettes : Désignation des femmes embauchées dans les usines de guerre et particulièrement celles travaillant à la fabrication des obus.

    Mutilation : Atteinte volontaire à l'intégrité physique d'une personne entraînant la perte d'un membre ou d'un organe.

    Mutilation volontaire : Blessure infligée sur lui-même par un soldat afin d’échapper au front ou au service actif.

    Mutilés : Soldat ayant perdu un ou plusieurs membres ou organes, par accident ou du fait de la guerre.

    Mutinerie : Rébellion ouverte contre l'autorité.

  • N

    Nettoyage / Nettoyeur de tranchées : Mise hors d’état de nuire des ennemis restés dans les tranchées en deçà de la progression des troupes d'assaut.

    No Man's Land : Littéralement: « la terre de personne ». Ce terme désigne l’étendue de terrain ravagée et inhabitée située entre les deux lignes de tranchées adverses. 

  • O

    Oberste Heersleitung (OHL) : Organe de commandement de l’armée allemande.

    Objectif : Tout bien qui par sa nature, son emplacement, sa destination ou son utilisation apporte une contribution effective à l'action militaire et dont la destruction totale ou partielle, la capture ou la neutralisation offre un avantage militaire précis.

    Observateur : Soldat positionné de sorte à aider l'ajustement des tirs d'artillerie.

    Observatoire : Position élevée permettant d’avoir une vue sur le champ de bataille, particulièrement utile pour permettre les réglages d’artillerie.

    Obus : Projectile contenant une charge de poudre destinée à le faire exploser et une charge de destruction adaptée aux effets à obtenir.

    Obusier : Canon relativement court qui peut effectuer du tir direct, du tir plongeant et du tir vertical.

    Obusite : Nom donné en France aux affections psychologiques consécutives à l’expérience du bombardement.

    Occupation : Situation dans laquelle se trouve un État, au cours ou à l'issue d'un conflit, envahi et placé sous domination militaire étrangère sans pour autant être annexé.

    Offensive générale : Offensives alliées se succédant tout le long du front occidental.

    Officier de liaison : Militaire jouant le rôle d’intermédiaire entre les armées de deux pays afin de coordonner leurs activités.

    Opération militaire : Action planifiée (dates, moyens déployés, horaires, personnels, encadrements et objectifs) mené par des forces armées.

    Ossuaire : Lieu où sont inhumés les restes de soldats non identifiés tombés au front.

  • P

    Pacte : Accord secret entre deux États.

    Pain kaka : Pain de rationnement allemand. Ce terme provient des termes allemands "Kleie und Kartoffeln" (soit K.K.), qui signifie son et pommes de terre.

    Paix : Situation d'un pays, d'un peuple, d'un état qui n'est pas en guerre.

    Paix armée : Paix pendant laquelle chaque belligérant reste sur le pied de guerre prêt à reprendre les hostilités, ou pendant laquelle des États se livrent à la course aux armements en prévision d'un conflit.

    Paix perpétuelle : Traité conclu entre belligérants pour mettre fin à l'état de guerre.

    Paix séparée : Traité de paix conclu par un cobelligérant alors que ses alliés continuent la guerre.

    Pal's battalions : Unités de volontaires de l’armée britannique.

    Pangermanisme : Mouvement politique visant l'unité de tous les germanophones d'Europe.

    Parapet : Rebord de la tranchée qui fait face à la tranchée adverse.

    Parados : Protection par un monticule de terre en arrière de la tranchée.

    Patriotisme : Désignation du dévouement d'un individu envers son pays qu'il reconnait comme étant sa patrie.

    Patrouille : Opération le plus souvent nocturne pratiquée en avant des tranchées de première ligne par un petit nombre de combattants, généralement dans le but de reconnaître et repérer les défenses adverses.

    PCDF. : Abréviation de "pauvres couillons/cons du front", se référant aux fantassins.

    Pelle : Outil et arme du soldat des tranchées.

    Peloton : Dans l’infanterie correspond au regroupement de deux sections sous un commandement unique. Dans la cavalerie le peloton correspond à ce que dans l’infanterie on appelle une section.

    Percée : Désigne la rupture du front adverse que l’on attend d’une offensive.

    Percutant : Type d’obus qui éclate lors du contact avec le sol.

    Périscope : Instrument optique composé de miroirs obliques, créé afin de pouvoir observer l’extérieur de la tranchée en direction des lignes adverses sans s’exposer aux tirs.

    Permission : autorisation d’absence provisoire (d’une durée habituelle de huit jours) accordée aux combattants français à partir de juin 1915.

    Pertes : Nombre de soldats morts, blessés ou disparus au combat.

    Pétroleur : Surnom donné aux équipes de sapeurs spécialisés dans l’emploi des liquides enflammés et lance-flammes.

    Pièce : Canon.

    Pistolet : Arme de poing.

    Phosgène : Gaz de combat très toxique qui s'attaque aux poumons, à la peau et aux yeux.

    Pièce : Synonyme de canon, ou tube.

    Pigeon voyageur : Pigeon utilisé par toutes les armées en guerre pour transmettre des informations récoltés et devant être envoyées à une longue distance.

    Pinard : Vin en argot militaire.

    Pionnier : Soldat du génie allemand réalisant des travaux de sape.

    Plaque d'identité : Destinée à permettre l’identification des morts et des blessés, elle indique le nom et le prénom, la classe, le bureau de recrutement et un numéro matricule.

    Plan Schlieffen : Plan militaire allemand datant de 1905, qui a été appliqué sous une forme modifiée par les armées allemandes en 1914. Il doit son nom au général von Schlieffen, chef d'état-major allemand de 1891 à 1905.

    Plan XVII : Plan militaire français préparé en 1913 pour contrer une éventuelle attaque allemande. Il doit son nom au fait d'être la 17e version depuis la fin de la guerre franco-allemande de 1870.

    Plébiscite : Consultation au cours de laquelle la population d'un territoire est appelée à choisir l'État dont elle veut relever.

    Poilus : Surnom donné aux soldats français de la Grande Guerre. Ce mot désigne quelqu'un de courageux, de viril ou l'admiration portée à quelqu’un « qui a du poil au ventre ».

    Popote : Groupe d'officiers qui prennent leur repas ensemble.

    Poux : Insectes parasites très présents dans les tranchées qui ont contribué à véhiculer le typhus.

    Presse-purée : Surnom donné aux grenades à main utilisées par l'armée Allemande à partir de 1915.

    Prisonnier de guerre : Combattant emprisonné par une puissance ennemie en temps de guerre.

    Propagande : Ensemble d'actions psychologiques exercées sur les pensées et les actes d'une population, afin de l'influencer, l'endoctriner ou l'embrigader.

  • Q

    QG (Quartier Général) : État-major d'un général commandant au moins une division, composé des différents bureaux et services rattachés.

    Quadriplice : Nom donné, à partir de 1915, à l'alliance des puissances centrales (Empire allemand & Empire Austro-hongrois) avec l'Empire Ottoman et la Bulgarie.

    Queues de cochon : Piquets de fer qui se vissent dans le sol. Ils sont destinés à supporter les réseaux de fils de fer.

    Queues de rat : Grenades allemandes.

  • R

    Raid : Opération militaire ponctuelle d'assaut ou de pénétration profonde en territoire ennemi d'une unité mobile pour y pratiquer la reconnaissance, la collecte de renseignements, notamment par la capture de prisonniers, le sabotage et la destruction. Ce sont des opérations rapides et dévastatrices, jouant sur l'effet de surprise et la mobilité de l'assaillant et ne visant pas à obtenir un gain territorial comme une offensive classique.

    Rameau : Galerie étroite qui mène à la chambre de mine.

    Rationnement : Diminution imposée dans la distribution des réserves disponibles.

    Rata : Plat servi aux soldats, équivalent au ragoût.

    Rats : Rongeurs omniprésents dans l'univers du front. Ils incarnent la saleté, l'immonde, la méchanceté, etc. Le monde des tranchées est particulièrement propice au pullulement des rats, quel que soit le camp. Les réserves de nourriture, les nombreux déchets et les charniers encouragent la multiplication des rats.

    Ravitaillement : Opération consistant à fournir des vivres et des munitions aux armées.

    Recensement : Suivi quantitatif et qualitatif des individus, des animaux (chevaux, mulets, pigeons voyageurs) et des matériels (automobiles, armes, bâtiment, etc.).

    Recrutement : Ensemble des opérations administratives et militaires visant à entretenir les effectifs des unités de l'armée permanente et des réserves.

    Reddition : Acte par lequel une troupe ou une forteresse met bas les armes.

    Réforme : Soldat n'étant plus en condition de combattre ou matériel devenu obsolète ne rentrant plus dans les standards de l'armée.

    Réfugié : Personne, qui se trouve hors du pays dont elle a la nationalité ou dans lequel elle a sa résidence habituelle,  qui craint avec raison d’être persécutée ou exécutée.

    Régiment : Unité composant la division. Un régiment en 1914 regroupait 3000 à 4000 hommes, sous le commandement d’un colonel.

    Reichstag : Nom allemand donné à la chambre législative allemande.

    Reichswehr : Nom allemand donné à l'armée allemande.

    Relève : Remplacement d’une unité combattante par une unité fraîche.

    Repos : Situation des troupes à l’arrière.

    Réquisition : Ordre que donne l’autorité militaire en place de mettre à sa disposition des personnes ou des choses.

    Retraite : Action de soustraire le gros de l'armée à l'emprise de l'ennemi.

    Retranchements : Ensemble d'aménagements défensifs du terrain, de fortune, provisoires ou semi-permanents.

    Révolution russe : Ensemble des événements ayant conduit en février 1917 au renversement spontané du régime tsariste de Russie.

    Révolver : Arme de poing.

    RICM : Régiment d'Infanterie Coloniale du Maroc.

    Rideau de troupes : Mode de déploiement de troupes peu nombreuses proportionnellement au terrain à couvrir qui permet d'interdire aux éclaireurs ennemis de pénétrer dans le dispositif ami.

    RFC : Royal Flying Corps.

    Roulante : Cuisine de campagne dans l’armée.

    Royal Navy : Marine de guerre britannique.

    Rumeur : Nouvelle, bruit qui se répand dans le public, dont l'origine est inconnue ou incertaine et la véracité douteuse.

  • S

    Saillant : Désignation d'une zone de front en saillie dans les lignes ennemies.

    Saluer : Salut réglementaire dans l’armée.

    Sammies : Désignation des soldats américains.

    Sape : Dans le vocabulaire de la guerre de siège, la sape est une tranchée profonde permettant la circulation à l’abri des vues.

    Sapeur : Soldat du génie réalisant des travaux de sape.

    Saucisse : Surnom donné par les soldats français aux ballons captifs d'observation.

    SDN : Société des Nations. Cette organisation internationale introduite par le traité de Versailles avait pour but de préserver la paix en Europe à la fin de la Grande Guerre.

    Séchoirs : Dans l’argot des combattants, désignation des barbelés. Ce terme fait référence aux séchoirs à viande, utilisés pour déshydrater des morceaux de viande. La comparaison, terrible, témoigne de la dureté de ce conflit, dans lesquels les soldats s'assimilent, non sans un certain humour noir, à de la chair à canon.

    Secteur : Portion du front à laquelle est affectée une unité pour un temps donné.

    Section : Subdivision de la compagnie qui comprenait environ 65 hommes en 1914.

    Servant : Terme d’artillerie qui désigne ceux qui sont directement chargés de la mise en œuvre d’une pièce.

    Shell-shock : Traumatisme psychologique dus aux bombardement d’artillerie.

    Shrapnel : Désigne initialement les balles de plomb contenues dans un obus fusant, puis les obus à balles eux-mêmes. Son nom provient de son inventeur britannique, le général Shrapnel.

    Singe : Surnom donné par les soldats aux conserves de viande de bœuf en gelée contenues dans les rations. Le "singe" est la nourriture des combattants lorsque les unités sont en déplacement ou engagées sous un feu intense interdisant tout ravitaillement.

    Soldat inconnu : Idée émise par le prince de Joinville après la guerre de 1870 qui voulu ériger un monument à la gloire du soldat français inconnu tombé durant les combats. Pour se faire, un soldat, identifié comme français mais dont l'identité personnelle n'aura pu être établie, fut exhumé pour être enterré sous le monument érigé sa gloire et à la gloire et à celle des autres soldats français non identifiés.

    Solde : Argent payé par l'État à chaque combattant en fonction de son grade.

    Sous-marin : Navire submersible.

    Stavka : Nom donné au grand quartier général des armées russes.

    Stollen : Terme allemand désignant un abri souterrain.

    Stratégie militaire : Art de coordonner, au plus haut niveau de décision, l'action de l'ensemble des forces militaires de la Nation pour conduire une guerre, gérer une crise ou préserver la paix.

    Sturmtruppen : Nom allemand désignant les troupes de chocs et d'assaut allemandes.

  • T

    Tank : Terme anglais, raccourci de water tank, qui servait à l'origine à garder secrètes l'expérimentation et la première mise en œuvre des nouveaux chars.

    Tank Corp : Unité de l'armée britannique dédiée à l'utilisation de l'armée blindée, créée en juillet 1917.

    Télémètre : Instrument de mesure permettant d'évaluer avec précision la distance à laquelle une unité se trouve d'une troupe ennemie.

    Territoriale : Partie de l’armée française composée d’hommes plus âgés le plus souvent affectés à l’arrière du front.

    Tickets de rationnement : En période de rationnement, la population reçoit des cartes ou des coupons appelés « tickets de rationnement », qui peuvent être échangés, dans les services administratifs ou dans les magasins, contre certaines denrées de base.

    Tirailleur : Unités de l’armée française composées de soldats issus des colonies.

    Tommies : Désignation des soldats britanniques

    Totos : Nom donné aux parasites dans l’argot des combattants.

    Trains blindés : Engins de combat armés et cuirassés apte à la lutte rapprochée à vue directe.

    Trains fantômes : Nom donné par les allemands aux trains sans équipage lancés par les belges contre les installations ferroviaires occupées par les troupes allemandes.

    Trains sanitaires : Trains construits dès 1915 pour accroître le rapatriement vers l'arrière des soldats grièvement blessés aux combats.

    Trains de combat : Trains transportant les approvisionnements, les munitions, les outils et le matériel d'entretien immédiatement nécessaires aux troupes engagées.

    Trains régimentaires : Trains de réapprovisionnement des trains de combat des unités subordonnées.

    Traité de paix : Traité proclamant la fin d'une guerre et contenant souvent des contreparties réciproques pour les anciens belligérants. Il est à différencier d'un armistice qui est un accord concernant seulement l'arrêt des combats et d'un cessez-le-feu, temporaire ou d'une capitulation qui est généralement inconditionnelle pour l'État vaincu. Il se conclue toujours avec une clause d'amnistie générale et réciproque interdisant de soulever de nouveaux griefs, même inconnus, relatifs au conflit qu'il entend achever.

    Tranchée : Excavation longue et étroite pratiquée dans le sol. La tranchée est généralement considérée comme plus profonde que large et plus longue que large contrairement à un trou.

    Troupe : Unité militaire de petite taille ou référence aux soldats collectivement.

    Troupes coloniales : Ensemble d'unités militaires françaises stationnées dans les colonies.

    Troupes d'assaut : Soldats formés à percer les lignes ennemies et ainsi permettre aux formations d"infanterie ordinaires de prendre la position ennemie.

    Typhus : Maladie infectieuse et contagieuse qui présente des symptômes sous forme de tâches rosées sur le corps. Il se développe dans les terrains souillés et encombrés.

  • U

    U-boot : Appellation allemande des sous-marins.

    Uhlan : Cavalier de l’armée allemande et austro-hongroise.

    Uniforme : Costume réglementaire porté par une unité combattante. Les différents effets, et variations de couleurs des uniformes, permettent de distinguer les régiments au sein d'une armée.

    Union sacrée : Nom donné au mouvement de rapprochement politique qui a soudé les Français de toutes tendances (politiques ou religieuses) lors du déclenchement de la Grande Guerre.

    Unité de combat : Formation militaire qui est pourvue en permanence des moyens nécessaires à l'accomplissement de certaines missions de combat.

    Unterseeboot : Terme allemand signifiant sous-marin. Son abréviation la plus connue est U-Boot pour désigner un sous-marin ou U-Boote au pluriel.

  • V

    Vaguemestre : Militaire chargé de la distribution du courrier aux armées.

    Veuve de guerre : Épouse d'un homme tombé au combat ou d'un civil tombé aux mains de l'ennemi en pays occupé.

    Volontaire : Qui résulte d'une décision librement choisie et non imposée.

  • W

    War council : Conseil de guerre britannique.

    Wolf : Navire de commerce civil de moins de 6 000 tonnes, réquisitionné par la marine allemande en 1916.

  • X

    X...

  • Y

    Ypérite : Surnom du gaz de combat mis au point en 1917 par l’Allemagne et utilisé pour la première fois dans la nuit du 12 au 13 juillet 1917 dans la région d’Ypres en Belgique.

  • Z

    Zeppelin : Ballon aérien allemand, du nom du comte Ferdinand von Zeppelin.

    Zone d'attaque : Zone correspondant à la partie du terrain dans laquelle se développent les travaux préparatoires et les opérations.

    Zone de guerre : Front.

    Zone des armées : Zone dans laquelle sont rassemblés tous les moyens d'action et les ressources nécessaires à la conduite des grandes unités. L'ensemble de ce dispositif est mis à la disposition des généraux chargés du commandement en chef.

    Zone envahie : Zone venant juste d'être investie par l'ennemi.

    Zone occupée : Zone dans laquelle l'ennemi s'est installé durablement.

Haut de page